Bouchard est éliminée au troisième tour

Eugenie Bouchard n’est pas parvenue à espacer suffisamment ses erreurs ni à s’imposer devant la Slovaque Kristina Kucova.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Eugenie Bouchard n’est pas parvenue à espacer suffisamment ses erreurs ni à s’imposer devant la Slovaque Kristina Kucova.

Eugenie Bouchard a amorcé jeudi son match de troisième tour à la Coupe Rogers de tennis par une double faute, ce qui laissait peut-être augurer une soirée difficile, et de fait, après un départ relativement solide, les choses ont plutôt mal tourné pour elle.

Beaucoup moins incisive que la veille contre Dominika Cibulkova alors que sa prestation était pratiquement parfaite, Bouchard n’est pas parvenue à espacer suffisamment ses erreurs ni à s’imposer devant une autre Slovaque, Kristina Kucova, 121e au classement mondial et issue des qualifications du présent tournoi, perdant au compte de 3-6, 6-4 et 6-3 dans un stade Uniprix bondé. Cette victoire permet à Kucova d’atteindre les quarts de finale.

Bouchard a obtenu un bris de service dès les deux premières occasions qu’elle a eues, ce qui lui a donné une avance de 4-0. Des amortis manquant de vigueur lui ont cependant fait perdre son service au cinquième jeu. Elle a rebondi avec un as pour clore le septième et faire 5-2. Un interminable jeu a conclu les hostilités en première manche.

Au deuxième set, la Québécoise, 42e au classement WTA, a pris les commandes 3-2 en réalisant un brillant bris. Mais Kucova lui a immédiatement rendu la pareille, avant que Bouchard ne refasse le coup au terme de très nombreuses égalités, et que Kucova persiste et signe. À l’issue de ce jeu qui faisait 4-4, Bouchard a expédié une balle dans les gradins par dépit. Un troisième bris consécutif de la Slovaque a mis fin à la manche.

À la troisième manche, Kucova a réussi le premier bris, qui lui permettait de mener 4-2. Au jeu suivant, Bouchard a fracassé sa raquette sur le sol, ce qui lui a valu d’être sanctionnée par l’arbitre.

Kucova se mesurera vendredi à la Britannique Johanna Konta, 15e tête de série, qui a disposé jeudi de l’Américaine Varvara Lepchenko par la marque de 6-3 et 6-2.

Madison Keys triomphe

Plus tôt en soirée sur le court central, un duel entre Américaines a opposé deux têtes de série en Venus Williams (6) et Madison Keys (10). Il s’agissait aussi d’une bataille de générations puisque la première a eu 36 ans le mois dernier alors que l’autre n’est âgée que de 21 ans.

Et la jeunesse a eu raison de l’expérience au compte de 6-1, 6-7 (2) et 6-3.

Keys est parvenue à enregistrer un bris au quatrième jeu du premier set, lorsqu’un coup de Williams est tombé tout juste à l’extérieur de la ligne de côté. Elle a récolté un autre bris deux jeux plus tard lorsqu’à 30-40, Williams a raté un coup droit en montant au filet pour retourner un faible lob. La manche initiale n’a duré que 20 minutes.

Keys s’est également offert un bris au terme d’un long premier jeu du deuxième set. Et si Williams a failli se retrouver en arrière 0-3 quelques minutes plus tard, elle s’est tirée d’affaire après plusieurs égalités en réussissant un as. Puis elle a converti sa première occasion de bris du match pour créer l’égalité 3-3, et sa deuxième pour porter la marque à 5-3. Mais Keys a aussitôt répliqué et on a dû avoir recours au bris d’égalité, que Williams a largement dominé.

Dans la manche décisive, Keys a d’abord inscrit un bris pour se donner une priorité de 2-0. Et comme elle ne devait pas être inquiétée sur son propre service par la suite, cela lui fut suffisant. Elle a d’ailleurs terminé la rencontre avec un as.

Ont également accédé aux quarts de finale jeudi l’Allemande Angelique Kerber et la Roumaine Simona Help, de même que les Russes Daria Kasatkina, Svetlana Kuznetsova et Anastasia Pavlyuchenkova. Cette dernière, qui affrontera Keys, a eu le meilleur sur la championne de la Coupe Rogers 2014, la Polonaise Agnieszka Radwanska, au compte de 6-1, 6-7 (4) et 6-1.

6 commentaires
  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 29 juillet 2016 07 h 37

    Rotten to the core

    Kristina Kucova a fait une magnifique démonstration à notre jeunesse québécoise de ce qu'était du travail fait avec rigueur, persévérance et détermination.
    Déterminée, elle s'est appliquée a jouer avec rigueur, elle a persévéré pour finalement gagné le match.

    De son côté, Eugénie Bouchard sans maturité a répété ses frasques de Wimbledon. Ne pouvant parvenir a contenir la détermination de Kucova, elle expédie une balle à l'extérieur du stade. Quelques instants plus tard, impuissante devant la persévérance de son opposante elle fracasse sa raquette devant des milliers de spectateurs faisant la démonstration de ce qu'était un manque de maturité complet.
    Boutchard, nous a fait la démonstration d'une sportive possédant un talent naturel certain, mais habité de la faiblesse du mental de l'enfant roi.
    Sa sortie du stade avec son attitude et sa démarche condescendantes en fut la conclusion.
    Bons Jeux olympiques à la Westmontaise.

    • Serge Morin - Inscrit 29 juillet 2016 09 h 03

      Elle est bien difficile à aimer,comme le soulignait M.Cornelier,samedi dernier.
      Elle a craqué devant l'adversité féroce de son adversaire.
      Quel est le destin des enfants -roi ?

    • Yvon Bureau - Abonné 29 juillet 2016 15 h 37

      Trop habiter son Moi nuit à tout jeu, y ajoute une lourdeur difficile à trainer.

      Il est meilleur et plus productif de vivre à une saine distance de son Moi trop intense et sans bride. De bons et sages guides existent, heureusement.

      Habiter son Soi donne de la légèreté et du plaisir au jeu.

      Le plaisir de jouer à son meilleur se doit d'être toujours au-dessus de vouloir gagner à tout prix.

      Le plaisir de jouer donne toujours l'ouverture aux beaux jeux tant chez soi que chez l'adversaire.

      Vouloir gagner à tout prix alimente le déplaisir de jouer.

  • Anne-Marie Courville - Abonnée 29 juillet 2016 07 h 58

    Bouchard devra repenser sa carrière

    Elle aurait eu besoin de bretelles pour soutenir sa jupe...
    Elle devra réfléchir sur sa carrière et choisir une nouvelle orientation car le tennis ne semble pas être un bon choix. Je peux me tromper mais elle semble vivre une période difficile qui n'augure rien de bon. La foule devenue silencieuse est un signe qu'elle n'a pas l'appui nécessaire et sa famille aussi était inquiétée sur son sort. Il y a une vie après le tennis...

  • Nephtali Hakizimana - Inscrit 29 juillet 2016 13 h 41

    Ne pas être capable de contenir sa rage...

    même quand c'est elle-même qui reçoit, chez elle à Montréal, les autres athlètes du monde entier est très désolant.

  • Richard Ferland - Abonné 29 juillet 2016 14 h 48

    Elle est parmi les premières au monde. Le talent...

    ...est au rendez-vous. Elle a du temps devant elle. Le tennis est un sport qui demande beaucoup d'habiletés physiques et mentales. Que les sceptiques et gérants d'estrades s'y essaient, y comprendront. Bravo Eugénie ce fut une excellente performance cette semaine. Elle est une inspiration pour la jeunesse. Et pour les plus vieux qui cherchent un vainqueur à tout prix et sans failles qu'ils attendent...ça ne se trouvent pas. Elle a bien plus besoin d'encouragements que de critiques de démolition!