Bouchard remporte un match impeccable

Eugenie Bouchard a joué mercredi un tennis à une distance infinitésimale de la perfection.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Eugenie Bouchard a joué mercredi un tennis à une distance infinitésimale de la perfection.

Mardi soir, Eugenie Bouchard n’avait pas participé à la conférence de presse suivant son match de double en compagnie de Carol Zhao en raison de maux d’estomac, et c’est avec appréhension que les amateurs de tennis attendaient mercredi son retour en simple à la Coupe Rogers après une victoire en trois sets contre la Tchèque Lucie Safarova.

Cette fois, Bouchard avait affaire à la Slovaque Dominika Cibulkova, 10e au classement WTA et 11e tête de série du tournoi.

Mais il n’y avait aucune crainte à y avoir, ou du moins la principale intéressée n’a rien laissé paraître quoi que ce fut qui aurait pu l’incommoder.

Dans une prestation qui rappelait sérieusement sa fulgurante ascension de 2014, Bouchard a survolé l’explication et remporté une éclatante victoire de 6-2 et 6-0.

Du tennis sans tache, solide, combatif, méthodique, pour tout dire à une distance infinitésimale de la perfection.

Revanche

Bouchard accède ainsi pour la première fois au troisième tour de la Coupe Rogers, où elle retrouvera jeudi une autre Slovaque en Kristina Kucova, issue des qualifications et 121e au classement mondial, qui a surpris plus tôt mercredi l’Espagnole Carla Suarez Navarro, 8e tête de série.

Il s’agit d’une douce revanche pour Bouchard, qui avait été éliminée par Cibulkova au troisième tour à Wimbledon au début du mois.

Dès le tout premier jeu, la Québécoise a annoncé la couleur en s’offrant un bris de service à zéro que sa rivale a conclu avec une double faute. Quelques instants plus tard, elle sauvait elle-même deux balles de bris pour se donner une priorité de 3-1, puis survivait à deux égalités au sixième jeu pour faire 4-2.

Bouchard a réussi un autre bris sur le service suivant de Cibulkova, se donnant du coup une chance de servir pour la manche. Ce qu’elle a accompli avec panache, ne cédant aucun échange à son adversaire.

Le deuxième set s’est amorcé d’une manière similaire au premier, Cibulkova n’arrivant pas à maintenir son service et terminant le jeu initial par une double faute. Au jeu suivant, on a eu droit à une bataille d’attrition alors que Bouchard a dû sauver pas moins de cinq balles de bris avant de doubler sa priorité à 2-0.

C’est devenu 3-0 quand le fait d’éviter le bris à quatre reprises s’est révélé insuffisant pour Cibulkova, la cinquième étant la bonne pour sa vis-à-vis.

Au cinquième jeu, la foule présente au stade Uniprix s’est levée et a applaudi spontanément à l’issue d’un échange spectaculaire qui a vu Bouchard réussir plusieurs coups difficiles et finalement avoir le meilleur.

Elle a de nouveau manifesté bruyamment sa joie quand l’athlète de Westmount est revenue la saluer après avoir terminé le boulot en 74 petites minutes.

Abanda éliminée

Par ailleurs, la Montréalaise de 19 ans Françoise Abanda a subi une défaite difficile à avaler en après-midi contre l’Ukrainienne Elina Svitolina, 20e joueuse mondiale, qui s’est imposée deux fois en bris d’égalité pour passer au troisième tour. Le match s’est terminé sur un score de 7-6 (2) et 7-6 (3).

Abanda, qui bénéficiait d’un laissez-passer pour le tournoi et avait vaincu la veille la Chinoise Zheng Saisai, a chèrement vendu sa peau, réussissant quatre bris de service consécutifs au deuxième set. Mais après qu’elle eut pris les devants 3-0 au bris d’égalité, elle a concédé les sept points suivants.

Abanda a attribué à une certaine fatigue sa décevante fin de match puisqu’elle avait dû se coucher tard mardi. Elle s’est dite insatisfaite de ses résultats récents mais estime qu’elle a connu un bon parcours à la Coupe Rogers. « J’ai montré que je peux rivaliser avec des filles du top 30 mondial, a-t-elle mentionné. C’est là que je suis rendue. »

1 commentaire
  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 28 juillet 2016 10 h 17

    Qui a gagné qui a perdu

    Si l'on regarde les stats, Cibulkova a joué un match exécrable. Aucun premier service, et plein d'erreurs non-provoquées
    Cibulkova semblait vouloir quitter Montréal au plus vite.