Des épreuves de voile «convenables» promises à Rio

La baie de Guanabara demeure un cloaque où se déversent des égouts.
Photo: Yasuyoshi Chiba Agence France-Presse La baie de Guanabara demeure un cloaque où se déversent des égouts.

Rio de Janeiro — Même s’il est impossible de parvenir à dépolluer la baie de Guanabara à Rio de Janeiro, les autorités brésiliennes ont promis mercredi que les épreuves de voile des Jeux olympiques le mois prochain se dérouleront dans des conditions « convenables ».

« Il n’existe pas de baie dans le monde qui ne soit pas polluée. Y a-t-il une possibilité que nous rencontrions un problème ? Il existe une très petite possibilité, mais elle ne doit pas être ignorée. Ce n’est pas impossible. Mais je suis très optimiste quant au fait que nous aurons des épreuves de voile convenables », a déclaré le secrétaire à l’Environnement de l’État de Rio, André Corrêa.

À un peu plus de deux semaines de l’ouverture des Jeux de Rio, la baie de Guanabara demeure un cloaque où se déversent des égouts malgré des promesses de dépollution à 80 %, exposant les compétiteurs de voile aux bactéries en cas de chute dans l’eau ou à rater une médaille en raison d’un sac de plastique à la dérive.

Photo: Yasuyoshi Chiba Agence France-Presse Le secrétaire à l'Environnement de l'État de Rio, André Corrêa

Faute d’un système de traitement des eaux usées couvrant tous les quartiers de Rio, la baie est souillée par les rivières d’excréments et objets divers que les égouts y déversent. Des latrines à ciel ouvert auxquelles trafic portuaire et industrie pétrochimique ajoutent leur couche nauséabonde.

Écobarrières flottantes

André Corrêa s’exprimait à l’occasion d’une visite du site, où 17 écobarrières flottantes ont été installées pour empêcher les détritus d’atteindre Guanabara.

Selon lui, 85 % des déchets charriés par les 17 principales rivières qui se déversent dans la baie sont arrêtés par ce système.

« Une personne s’entraîne pendant 10 ans, vient ici et heurte un sac de plastique. Ce serait terrible pour lui », a déclaré le responsable, selon qui 2400 tonnes d’ordures ont déjà été collectées en six mois par les 10 premières écobarrières.

Le secrétaire à l’Environnement assure que les forts courants qui parcourent la baie suffisent à rendre l’eau des zones destinées aux régates olympiques propres à la baignade. « La qualité de l’eau pour les JO n’a jamais été une préoccupation pour moi », a-t-il déclaré.

Seules les eaux usées qui se déversaient jusqu’à récemment dans le port de plaisance olympique, d’où partiront les bateaux, posaient un risque. Mais « durant le dernier mois, la qualité de l’eau a été bonne », a-t-il ajouté.

« Celui qui dit, sachant les conditions financières difficiles du Brésil, que la baie sera propre en moins de 20, 25 ans, est un menteur », avait déclaré fin juin Corrêa dans un entretien à l’AFP.

1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 21 juillet 2016 07 h 26

    "Nos" athlètes

    Encourageons "nos" athlètes, "nos" navigateurs en auront bien besoin.