Eugenie Bouchard hésite à se rendre à Rio

Eugenie Bouchard, qui occupe le 41e échelon, est présentement inscrite en simple et en double à Rio.
Photo: Steve Paston Associated Press Eugenie Bouchard, qui occupe le 41e échelon, est présentement inscrite en simple et en double à Rio.

Eugenie Bouchard songe à se retirer à son tour du tournoi de tennis des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, a indiqué mardi la présidente et chef de la direction de Tennis Canada, Kelly Marumets.

Bouchard, qui occupe le 41e échelon mondial, est présentement inscrite en simple et en double — avec Gabriela Dabrowski — à Rio.

« Elle songe à y aller, mais comme de nombreuses joueuses, elle est préoccupée par les risques pour sa santé », a expliqué Marumets en faisant référence au virus Zika. « En ce moment, elle hésite. »

Marumets a tenu ces propos lors d’une conférence de presse tenue au siège social de la Banque Nationale en marge de la Coupe Rogers de Montréal.

Après sa défaite survenue au premier tour à l’Omnium Citi de Washington en après-midi mardi — 7-5, 6-4 contre l’Italienne Camila Girogi —, Bouchard a déclaré à l’Associated Press qu’elle est du genre à prendre ses décisions « à la dernière minute » et qu’elle n’a toujours pas décidé si elle ira à Rio.

Sans Raonic

Vendredi dernier, Milos Raonic a annoncé qu’il ne participera pas aux Jeux de Rio. L’Ontarien a annoncé sa décision de faire une croix sur les Jeux, évoquant des préoccupations pour sa santé.

Raonic, classé au 7e rang mondial, n’était pas le premier athlète de haut niveau à se désister pour les Jeux en raison d’inquiétudes au sujet du virus Zika. Jordan Spieth, Dustin Johnson et Adam Scott figurent parmi une foule de golfeurs qui ont décidé de ne pas aller au Brésil pour des raisons de santé.

En conséquence, Tennis Canada avait annoncé que, dans l’attente d’une invitation de la Fédération internationale de tennis et de l’approbation du Comité olympique canadien, Daniel Nestor agira à titre de remplaçant de Raonic pour faire équipe avec Vasek Pospisil dans l’épreuve du double masculin.

Bouchard, 22 ans, entamera son parcours à la Coupe Rogers mardi prochain. On ne connaît pas encore l’identité de son adversaire au premier tour puisque le tirage au sort du tableau principal aura lieu vendredi. La Coupe Rogers de Montréal s’étalera du 23 au 31 juillet.

Manque d’opportunisme

À l’omnium Citi mardi, Bouchard n’a pu profiter de l’inefficacité de Giorgi au premier service. L’Italienne de 24 ans, 77e joueuse mondiale, n’a réussi que 39 % de ses premières balles, comparativement à 61 % pour la Québécoise. Giorgi a aussi commis six doubles fautes, le double de Bouchard.

Par contre, Bouchard a été victime de quatre bris de service, deux dans chaque manche.

Bouchard dit avoir été incapable de trouver son rythme et ce, dès le début de l’affrontement. Mais plutôt que d’utiliser la chaleur comme excuse, elle a plutôt rendu hommage à sa rivale pour l’avoir tenue hors d’équilibre. « Elle joue comme aucune autre joueuse : absolument aucun rythme et de courts échanges, a décrit Bouchard. J’ai eu de la difficulté à vraiment m’impliquer dans les points. »

Lors de la manche initiale, Bouchard a comblé un recul de 1-4 et a créé l’égalité 4-4 puis 5-5. Mais Giorgi a repris les devants sur son service avant de briser celui de Bouchard.

Après un premier bris de service lors du deuxième set, portant le score 4-2 en faveur de Giorgi, Bouchard a lancé sa raquette au sol. L’Italienne a mis fin au duel en réalisant un autre bris lors du 10e jeu.

Bouchard a ainsi été éliminée dès son premier match pour la quatrième fois en 10 tournois. À Wimbledon, la Montréalaise s’est inclinée au troisième tour face à Dominika Cibulkova.

2 commentaires
  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 20 juillet 2016 05 h 26

    Elle ne devrait pas s'y rendre

    Comme elle sera éliminée au premier ou au deuxième tour, elle ne devrait pas prendre le risque pour aussi peu de réussite.

    • Jérôme Faivre - Inscrit 20 juillet 2016 18 h 47

      @ Nicole Ste-Marie

      Effectivement.

      Et je me demande pourquoi tous les journaux du Québec reprennent chaque fois tous en chœur la même non-nouvelle de la Presse canadienne au sujet de la jeune espoir du tennis canadien ...

      À L'inverse, par exemple, cette semaine, aucune couverture serrée de la Transat Québec-Saint-Malo. L'idée reçue est que le public s'inquiète des caprices de la jeunette, grande image positive du sport et du pays, sans compter la motivation «pipaule». À l'inverse l'idée reçue est qu'une course océanique pourtant très spectaculaire de voiliers et d'équipages sur ce parcours historique n'intéresse personne.
      Et enfin, c'est flagrant, elle n'a plus le gout de jouer au tennis. Un peu comme les vieux groupes de rock écœurés de jouer patiemment le même succès ad nauseam.
      Que les médias la laissent tranquille ! :-)