Matthews remporte la 10e étape

Christopher Froome, endossant le maillot jaune du meneur, au cours d’une 10e étape sans histoire pour le champion en titre.
Photo: Kenzo Tribouillard Christopher Froome, endossant le maillot jaune du meneur, au cours d’une 10e étape sans histoire pour le champion en titre.

Revel, France — Michael Matthews a profité du travail de ses coéquipiers pour remporter au sprint la 10e étape du Tour de France à l’issue d’une longue échappée.

L’Australien a devancé le champion du monde Peter Sagan et Edvald Boasson Hagen et s’est ainsi assuré sa première victoire d’étape à une course cycliste d’importance.

L’étape de 197 kilomètres s’est déroulée entre Escaldes-Engordany à Andorre et Revel dans le sud de la France.

Matthews a fait partie du groupe de coureurs qui s’est échappé dès le début de l’étape pendant l’ascension de 24 kilomètres à Port d’Envalira, le col le plus élevé du Tour à 2408 mètres.

Un groupe de six coureurs, dont les coéquipiers de Matthews, Daryl Impey et Luke Durbridge, ont bataillé pour la victoire d’étape lors d’une finale frénétique. Sagan a essayé de tirer le meilleur parti d’une légère pente ascendante à neuf kilomètres de la ligne, mais n’a pas réussi à surprendre ses rivaux avec son accélération. Impey a contré la manoeuvre, Durbridge a ensuite tenté une autre attaque pour épuiser Sagan, et le petit groupe est resté compact jusqu’au dernier kilomètre.

Impey a ensuite parfaitement préparé le terrain à Matthews dans la dernière section.

« C’est incroyable. J’étais sur le point de renoncer à cette course après avoir connu deux mauvaises chutes ces deux dernières années, a expliqué Matthews. Je pensais peut-être que cette course n’est pas pour moi, mais aujourd’hui mon rêve se réalise. Il n’a jamais été dans la stratégie d’y aller pour une échappée aujourd’hui. Nous voulions un sprint de masse mais nous formons un solide groupe de coureurs. Durbridge et Impey ont tout fait pour m’offrir la victoire. Je n’ai pas de mot pour exprimer ce qu’ils ont fait pour moi. »

Journée sans histoire

Chris Froome a connu une journée relativement sans histoire avec le maillot jaune.

Le meneur au classement général du Tour de France a terminé l’étape en sécurité dans le peloton en compagnie de tous ses principaux rivaux, près de 10 minutes derrière le vainqueur du jour, l’Australien Michael Matthews.

« Je ne dirais pas que c’était facile. Le départ montait pratiquement tout droit sur 22 kilomètres, a décrit Froome à l’issue de la 10e étape. Par la suite, ç’a été une journée plutôt calme. »

En quête d’une troisième victoire en quatre ans au Tour de France, Froome a conservé sa priorité de 16 secondes devant son compatriote britannique Adam Yates.

L’Irlandais Dan Martin est troisième au classement général, à 19 secondes, et le Colombien Nairo Quintana suit en quatrième position à 23 secondes.

« Avec le brouillard et la mauvaise visibilité, ça ressemblait un peu à une étape du Giro il y a quelques années lorsque Quintana s’était échappé, a expliqué Froome, faisant allusion à l’attaque de Quintana dans une descente pour gagner l’étape au Tour d’Italie en 2014. Je l’ai gardé à l’oeil. »

Travail d’équipe

Ses coéquipiers de l’équipe Sky se sont assuré qu’aucun de ses principaux rivaux ne se mêle à l’échappée initiale incluant Matthews.

« Les gars ont fait de l’excellent travail en me gardant à l’avant au cas où l’on assiste à des attaques, a encore dit Froome. Nous étions prêts à cette éventualité. Demain [mercredi], nous espérons une journée semblable à aujourd’hui, un autre jour sans trop d’histoire. Le mont Ventoux est certainement la prochaine grande étape à surveiller. »

Après une 11e étape disputée essentiellement sur le plat, la prochaine arrivée en montagne figure au programme jeudi, jour de la fête nationale des Français, au légendaire Mont Ventoux. Le lendemain, le premier contre-la-montre de la course est au menu sur un parcours vallonné de 37,5 kilomètres.

« Ces deux étapes vont être très importantes pour nous, a reconnu Froome. Nairo a déjà dit qu’il veut gagner sur le mont Ventoux et nous pouvons donc anticiper qu’ils vont tout donner pour y parvenir. »

Consultez tous nos textes sur le Tour de France