La mort du cycliste Marco Pantani - L'Italie est ébranlée

Rome — Les journaux italiens ont consacré hier leurs premières pages à la mort de Marco Pantani, tandis que des supporters du cycliste ont défilé dans les rues de sa ville natale pour rendre hommage à l'un des sportifs italiens les plus populaires et les plus controversés.

La Fédération italienne de cyclisme a annoncé qu'un moment de silence serait respecté hier avant chaque course disputée en Italie, au lendemain de la mort de l'un des plus grands grimpeurs de l'histoire de ce sport.

«Un champion qui nous a fait ressentir des émotions importantes pour le cyclisme italien et mondial nous a quittés, a déclaré le président de la Fédération, Giancarlo Ceruti. Dans ce moment de tristesse, il est difficile d'expliquer ce qui s'est passé et ce qui est parti.»

«C'est une nouvelle terrible, a déclaré le quintuple vainqueur du Tour de France, Lance Armstrong. Mes pensées et condoléances vont à sa famille, à ses amis et à ses fans. Sans parler de nos bagarres sur et à côté du vélo, j'avais un grand respect pour Marco. Le cyclisme a perdu un grand champion et une grande personnalité.»

Pour sa part, l'ancien cycliste belge Eddy Merckx a rendu hommage au talent de Pantani, tout en regrettant les erreurs commises par le champion italien. «Ce n'est pas pour rien qu'il a gagné à la fois le Tour d'Italie et le Tour de France la même année», a déclaré le quintuple vainqueur de la Grande Boucle.

La Gazzetta dello Sport a titré en une «Il est parti». Le quotidien sportif le plus respecté d'Italie est le principal commanditaire du Tour d'Italie, une course que Pantani avait remportée au cours de sa saison magique, en 1998, l'année de son triomphe dans le Tour de France.

Frappé par des accusations de dopage ces dernières saisons, Pantani, âgé de 34 ans, a été découvert mort samedi soir dans une chambre d'une résidence hôtelière de Rimini, où il s'était installé depuis quelques jours. Surnommé «Le pirate» à cause du bandana qui recouvrait son crâne chauve et de la boucle d'oreille qu'il portait, Pantani rivalisait de popularité en Italie avec les plus grandes vedettes du football.