Allemagne–France, comme on se retrouve

Les champions du monde en titre contre le pays hôte, la reprise d’une vieille rivalité, La Marseillaise chantée haut et fort à Marseille : l’affrontement Allemagne–France de jeudi annonce une demi-finale relevée à l’Euro 2016 de soccer.

Pour cet important rendez-vous, l’équipe d’Allemagne sera privée de quelques joueurs-clés, blessés ou suspendus, tandis que la France n’a pas eu à se frotter à une opposition de haut niveau jusqu’ici dans le tournoi.

Si la politique et l’histoire de la guerre entretiennent certainement une rivalité entre les deux pays, beaucoup de ressentiment est né sur le terrain.

Peu d’amateurs français ont oublié la demi-finale de la Coupe du monde de 1982, quand une équipe ouest-allemande misant sur la robustesse a vaincu la France aux tirs au but après avoir tiré de l’arrière 3-1 en prolongation. Le gardien allemand Harald Schumacher est devenu l’ennemi no 1 en France après une charge sur le Français Patrick Battiston, le laissant inconscient et avec de multiples blessures.

La France a remporté cinq de ses huit rendez-vous contre l’Allemagne depuis la réunification du pays en 1990 — y compris une victoire de 1-0 au Stade de France le 13 novembre, jour des attentats terroristes à Paris — mais ces victoires ont toutes été acquises en matchs amicaux. Les Français ont perdu le seul match qui comptait vraiment, un revers de 1-0 en quarts de finale de la Coupe du monde 2014. En fait, la France n’a pas vaincu l’Allemagne à un tournoi majeur depuis 1958.

Mats Hummels, le buteur allemand en 2014, ratera le match en raison d’une suspension après avoir reçu un deuxième carton jaune lors du quart de finale contre l’Italie. L’Allemagne fera aussi face à la France sans l’attaquant Mario Gomez et le milieu de terrain Sami Khedira, tous deux blessés. L’état du vétéran milieu de terrain Bastian Schweinsteiger est quant à lui incertain.

Défense suspecte

De l’autre côté, le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, dispose d’une équipe en santé, qui a toutefois évité jusqu’ici les autres principaux prétendants au Championnat d’Europe.

Si les partisans irlandais et islandais ont diverti le public français, leurs clubs n’ont pas poussé les joueurs français à la limite lors des deux matchs éliminatoires. Concéder un but aux Irlandais et deux contre l’Islande n’est pas de nature à dissiper les craintes persistantes concernant la défense française. Le test le plus difficile de l’équipe hôte à ce jour est survenu dans la phase de groupes, quand la France a été limitée à un verdict nul de 0-0 par la Suisse.

La France aura donc intérêt à se montrer prudente en demi-finales. La dernière fois que l’Allemagne a fait face à la nation hôte en demi-finale d’un tournoi majeur, on a eu droit davantage à un massacre qu’à une victoire.

Si l’Allemagne, diminuée par les blessures, devrait avoir du mal à répéter sa victoire de 7-1 à la Coupe du monde 2014 au Brésil, les champions du monde en titre constituent une réelle menace pour les Français qui ambitionnent de dominer à domicile.

La foule enthousiaste attendue au Stade Vélodrome de Marseille servira de motivation à l’Allemagne, a estimé l’entraîneur allemand Joachim Löw. « Je ne sais pas combien de milliers de spectateurs il contient, mais la grande majorité des partisans seront derrière la France à Marseille. Il y aura cette énergie, a-t-il dit. Super, quand c’est comme ça, c’est une motivation pour nous. »