Canadien de montréal - Prochaine leçon: apprendre à protéger une avance

Ottawa — Le Canadien va devoir apprendre à mieux jouer lorsqu'il détient une avance, surtout de plus d'un but. C'est Claude Julien lui-même qui l'a dit après avoir vu son équipe gaspiller une avance de 2-0 la veille, à Tampa.

«C'est toujours le même problème. Rester en contrôle quand on a l'avance est une facette de notre jeu qu'il faut améliorer, a noté l'entraîneur. Il ne faut pas perdre patience, mais lorsque l'autre équipe met de la pression, au lieu de travailler plus fort, on semble paniquer.»

«On a beaucoup de jeunes joueurs, a cependant constaté Julien, et c'est aussi une question de manque d'expérience. C'est une chose dont on a parlé [vendredi], comment mieux jouer quand on est en avance.»

Tout en avouant que le Canadien «ne joue pas son meilleur hockey» depuis quelque temps, le vétéran Joé Juneau a mis beaucoup d'emphase sur l'inexpérience de plusieurs de ses jeunes coéquipiers pour expliquer ces difficultés à protéger une avance.

Mais il faut dire que le Canadien n'est pas la seule équipe à connaître ce genre de problème, qui semble aussi commun à plusieurs sports.

Les joueurs interrogés ne croient pas qu'on tombe tellement dans le panneau de vouloir emplir le filet après avoir marqué quelues buts en début de rencontre. Le problème principal serait plutôt le contraire: on veut trop se replier défensivement en oubliant ce qu'on faisait de bien jusque-là.

«On dirait qu'on a tendance à s'asseoir sur notre avance, à changer de style et à jouer de façon différente», a constaté Francis Bouillon, absolument d'accord pour dire que le Candien avait un problème à ce sujet.

«On veut protéger notre avance. Mais pourquoi changer la façon de jouer qui nous a valu du succès? C'est mental, on ne veut pas donner de but et on ne joue pas de la même manière.»

Dackell, peut-être

Les joueurs et l'entraîneur du Canadien, qui ont aussi donné le mérite qui revient Lightning, une des équipes de l'heure dans la LNH, vont se frotter à une autre puissance, samedi, à Ottawa.

«Peut-être que ce sera une bonne occasion de mettre fin à notre série de deux défaites», a dit Julien, conscient du défi à relever.

L'entraîneur espérait le retour au jeu d'Andreas Dackell, qui a raté 10 matchs à cause d'une blessure à un genou et qui a rejoint pour un entraînement à Ottawa ses coéquipiers qui arrivaient de la Floride.

«Je me sens bien et je suis prêt», a dit l'ancien Suédois des Sénateurs.

Sheldon Souray, lui, a fait le voyage en sens inverse et est rentré d'Ottawa à Montréal, où il devait passer un test d'imagerie par résonance magnétique.