Une cinquième pole position pour Lewis Hamilton

Les deux pilotes Mercedes s’élanceront de la première ligne de la grille de départ dimanche au Grand Prix de Formule 1 sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal.

Le Britannique Lewis Hamilton a enregistré sa 5e pole position en carrière à Montréal samedi avec un temps de 1 minute 12,812 secondes, plus d’une seconde et demie de mieux que sa pole de l’an dernier. Son coéquipier Nico Rosberg l’a suivi de très près à six petits centièmes de seconde à peine.

La troisième place au départ sera occupée par l’Allemand Sebastian Vettel au volant de sa Ferrari. Suivront tout juste derrière les deux pilotes Red Bull, l’Australien Daniel Ricciardo ayant coiffé au poteau son nouveau coéquipier et jeune sensation, Max Verstappen, 18 ans.

L’autre Ferrari de Kimi Räikkönen suivra tout de suite après avec les deux Williams de Valtteri Bottas et Felipe Massa sur les talons.

Modeste, simplement honnête ou en train de mener sa guerre psychologique contre son coéquipier et principal adversaire au championnat des pilotes, Lewis Hamilton s’est montré à peine satisfait de sa performance en conférence de presse. «Mon tour le plus rapide n’était pas particulièrement bon. Il était même dans la moyenne inférieure de ce que je dois habituellement accomplir pour remporter une pole position. J’ai eu un peu peur que ce ne soit pas suffisant.»

Ayant récemment plus d’une fois volé au départ les commandes d’une course à son coéquipier, l’Allemand Nico Rosberg a répondu diplomatiquement. «Je sais que tout est possible de la 2e place sur la grille, mais j’aurais quand même préféré partir de la pole position.»

Sebastian Vettel s’est excusé par radio auprès des membres de son équipe aussitôt le drapeau à damier tombé sur la séance de qualifications. «J’aurais voulu faire un peu mieux même si je ne sais pas si cela aurait suffi pour rattraper les Mercedes.»

Les Ferrari, comme les Red Bull, peuvent compter ce weekend sur de nouvelles évolutions de leurs moteurs qui devraient leur apporter plus de puissance sur un circuit Gilles-Villeneuve qui en demande beaucoup justement.

Frères ennemis
Lewis Hamilton avait enregistré la pole position et la victoire l’année dernière sur le circuit Gilles-Villeneuve. Le triple champion du monde est chez lui à Montréal y ayant remporté quatre de ses 44 victoires en F1, dont sa toute première en 2007. Son coéquipier y a eu le volant moins heureux avec une seule pole position en 2014 et deux deuxièmes places les deux dernières années, mais mène cette saison au Championnat du monde avec quatre victoires en six courses.

On a l’habitude de dire en F1 que le premier adversaire d’un pilote est son coéquipier qui dispose de la même voiture. Les pilotes de Mercedes ne font pas exception. Leurs relations ont souvent été houleuses, mais s’étaient apaisées en début de saison, les succès répétés de Nico Rosberg et une conjugaison de petites maladresses et de malchances de Lewis Hamilton empêchant leur confrontation directe. Les choses sont revenues «à la normale», il y a un mois, au Grand Prix d’Espagne, lorsque les deux pilotes qui partaient en tête se sont accrochés dans les premiers virages et ont été forcés à l’abandon.

Les deux premières séances d’essais libres du Grand Prix du Canada avaient été survolées par Lewis Hamilton et sa Mercedes vendredi. La troisième et dernière période d’essais est toutefois allée à Sebastian Vettel et sa Ferrari en début de journée samedi alors que les équipes essayaient d’ajuster leurs réglages à un temps plus froid ponctué de gouttes de pluie.

La journée de samedi a été marquée de quelques sorties de pistes sans conséquence graves sinon de la tôle froissée. Le fameux mur des champions (ancien mur du Québec) a notamment fait une nouvelle victime, l’Espagnol Carlos Sainz allant y râper à mort sa pauvre Toro Rosso lors des qualifications.

Une piste atypique
Les Mercedes ont dominé le championnat depuis le début de l’année avec 5 poles positions en six courses qui ont mené à quatre victoires de Nico Rosberg et une du champion du monde en titre, Lewis Hamilton. L’équipe allemande trône au sommet du classement avec un total de 188 points (106 pour Rosberg et 82 pour Hamilton), suivie des Ferrari avec 121 points (61 pour Räikkönen et 60 pour Vettel) et des Red Bull avec 112 points (66 pour Ricciardo et 38 pour Verstappen).

Dessinée il y a presque 40 ans, le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame est devenu aujourd’hui une piste atypique du championnat de F1 avec ses longues lignes droites brisées par une succession de virages et de chicanes serrés faisant de cette course une série de longues accélérations et de freinages appuyés entre des murs qui bordent souvent de très près les bolides. Les pilotes à la conduite précise et aux moteurs puissants y ont l’avantage. Les pneus, les freins ainsi que la consommation d’essence y sont poussés à leurs limites.

Les écuries risquent également de voir leur travail compliqué par les éléments ce weekend, la météo annonçant un mélange de temps de plus en plus froid, venteux et peut-être même pluvieux dimanche.

 

Consultez tous nos textes sur le Grand Prix du Canada