Williams retrouvera Muguruza

Garbine Muguruza affrontera Serena Williams, no 1 mondiale, en finale à Roland-Garros samedi.
Photo: Michel Euler Associated Press Garbine Muguruza affrontera Serena Williams, no 1 mondiale, en finale à Roland-Garros samedi.

Il y a deux ans aux Internationaux de tennis de France, Serena Williams a subi une élimination surprise dès la deuxième ronde face à une adversaire de 20 ans qui en était seulement à son 13e match dans un tournoi majeur.

Cette défaite de 6-2, 6-2 aux mains de Garbine Muguruza était, et reste à ce jour, le plus large revers dans les 338 matchs en carrière de Williams en tournois du Grand Chelem.

Or Williams, no 1 mondiale, affrontera en finale à Roland-Garros samedi, alors qu’elle sera en quête d’un 22e titre majeur pour égaler le record de l’ère moderne de Steffi Graf,… Muguruza.

« J’ai tellement appris de ce match. Je déteste perdre mais quand c’est le cas, j’espère que ça en vaut la chandelle, a expliqué Williams. Ce match est certainement l’un de ceux qui en ont valu la peine. »

Depuis ce revers, Williams a gagné 47 de ses 50 matchs en tournois du Grand Chelem, s’assurant quatre trophées pour hausser son total à 21 titres majeurs. Seules Graf et Margaret Court, avec 24, en ont remporté davantage.

Photo: Eric Feferberg Agence France-Presse Garbine Muguruza

Williams n’est donc plus qu’à une victoire d’un 22e titre du Grand Chelem — et un deuxième d’affilée à Roland-Garros — après avoir vaincu la Néerlandaise Kiki Bertens 7-6 (7), 6-4 en demi-finales vendredi.

L’Espagnole Muguruza, 4e tête de série, a pour sa part atteint la finale en défaisant Samantha Stosur, championne des Internationaux des États-Unis en 2011, en deux manches de 6-2 et 6-4.

« Nous sommes toutes les deux des joueuses qui aiment dicter l’allure d’un match », a commenté Muguruza en parlant de Williams et d’elle-même. « Il y aura des moments où elle dominera et, peut-être à certains autres moments, je dominerai. Je pense que je peux aussi être une adversaire coriace. »

Il s’agit d’une reprise de la finale de l’an dernier à Wimbledon, que Williams a remportée en deux sets.

Gradins vides

En raison d’un programme bousculé par la pluie ces derniers jours, les demi-finales dames se sont déroulées simultanément devant des gradins vides, Williams–Bertens sur le court Philippe-Chatrier et Muguruza–Stosur sur le Suzanne-Lenglen.

Pour un deuxième match consécutif, Williams n’a pas affiché son meilleur jeu, tirant rapidement de l’arrière et commettant 22 fautes directes au premier set seulement. Elle a dû effacer deux balles de manche face à Bertens, 58e joueuse mondiale, mais elle est parvenue à redresser la situation.

Les deux confrontations ont offert de grandes disparités dans l’âge et les exploits. Williams, 34 ans, est 10 ans plus âgée que Bertens. Stosur, 32 ans, compte aussi 10 ans de plus que Muguruza. Williams disputait sa 31e demi-finale du Grand Chelem, Bertens sa première. Stosur en était à sa cinquième, y compris son parcours vers le titre à New York en 2011, Muguruza sa deuxième.

Sous un ciel couvert et par temps frais, Williams a mal entrepris son match. Comme lors de sa victoire à l’arraché en quarts de finale jeudi, elle n’était visiblement pas à son mieux.

Bertens y allait pour sa part de coups droits puissants, inscrivant le point ou poussant Williams à la faute.

Williams a subi un bris de service dès le premier jeu et elle tirait de l’arrière 3-1 après 12 minutes. La situation aurait même pu être pire : Bertens a eu trois balles de bris pour prendre l’avance 4-1 mais elle n’a pu les convertir.

Puis, menant 5-3, Bertens a obtenu une autre balle de bris qui était aussi une balle de manche. Mais son coup droit l’a laissée tomber sur ce qui semblait être une occasion rêvée de conclure le set.

Amortis judicieux

Sachant que Bertens était incommodée par une blessure à un mollet — elle portait un bandage — Williams a commencé à recourir à des amortis avec succès. Elle a gagné quatre points de cette façon dans le set, dont l’un qui lui a finalement offert sa première balle de bris, après 40 minutes, pour lui permettre d’égaliser à 5-5.

En avant 7-6 au bris d’égalité, Bertens a eu une autre occasion de s’assurer le set, mais elle a de nouveau raté un coup droit. Williams a ensuite réussi un retour victorieux, suivi d’un coup droit vainqueur qu’elle a salué d’un cri de satisfaction, et elle s’est assurée la manche.

« Le premier set n’était pas simple, parce que Kiki jouait très bien », a reconnu Williams.

Bertens n’a pas semblé être trop affectée par la tournure des événements et elle a bien entrepris la deuxième manche. Elle a pris l’avance 2-0 grâce à un revers victorieux sur la ligne pour inscrire un bris à zéro, ce qui lui a redonné le sourire.

Mais Williams a frappé un coup droit victorieux pour récupérer le bris immédiatement pour faire 2-1, elle a égalisé 2-2 et elle n’a plus été inquiétée.

Elle aura maintenant pour rivale Muguruza, l’une des vedettes montantes du tennis féminin. Williams a gagné trois de ses quatre précédents face-à-face contre elle, mais son unique défaite est survenue à Roland-Garros en 2014.