Bach ira «réviser» les préparatifs olympiques

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, effectuera un voyage de trois jours au Brésil ce mois-ci afin de surveiller la progression des travaux en prévision des Jeux olympiques de Rio de Janeiro et de rencontrer le nouveau président du pays, Michel Temer.

Le CIO a indiqué mercredi que Bach se rendra au Brésil du 14 au 16 juin, moins de deux mois avant la cérémonie d’ouverture, prévue le 5 août, des premiers Jeux olympiques de l’histoire à être présentés en Amérique du Sud.

Bach passera la deux premiers jours à Rio afin de prendre part à «un projet de révision» des préparatifs olympiques, qui ont été frappés de plein fouet par des compressions budgétaires, des craintes associées à la propagation du virus Zika, des pépins dans la construction du vélodrome et les crises politique et économique qui secouent le Brésil.

Bach se rendra ensuite à Brasilia le 16 juin afin de discuter avec Temer, qui est devenu président le mois dernier à la suite de la suspension de Dilma Rousseff en attendant le procès en destitution devant le Sénat de celle-ci.

Le voyage de Bach au Brésil rappelle la détermination du CIO à faire face à toutes les préoccupations concernant l’état des préparatifs en prévision des JO et faire preuve de solidarité avec les organisateurs locaux et le gouvernement national.

Les organisateurs fourniront leur plus récent rapport sur l’état des préparatifs au comité exécutif du CIO jeudi. Le président du comité organisateur, Carlos Nuzman, sera en charge de la présentation à Lausanne, tandis que le maire de Rio, Eduardo Paes, y assistera par vidéo-conférence.

Le CIO a déjà envoyé des experts au Brésil pour travailler de concert avec les organisateurs. Christophe Dubi, le directeur exécutif du CIO responsable des Jeux olympiques, est présentement à Rio. Son prédécesseur, Gilbert Felli, était le principal représentant du CIO à Rio au cours des deux dernières années.

L’organisme a entamé une série de rencontres qui se déroulent sur trois jours à compter de mercredi après-midi, et ses membres ont approuvé l’ajout de cinq disciplines au programme des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 — le baseball-softball, le karaté, le surf, la planche à roulettes et l’escalade.

Plus de tests

En début de soirée mercredi, le CIO a indiqué qu’il renforcera son programme antidopage en prévision des Jeux olympiques de Rio en se concentrant sur les athlètes de la Russie, du Kenya et du Mexique.

Le comité exécutif du CIO a adopté une résolution afin que des «actions décisives» soient prises dans la lutte contre le dopage sportif.

Son budget pour réaliser des tests antidopages avant les JO doublera, et une «attention particulière» sera portée aux pays dont le programme antidopage ne répond pas aux critères internationaux, dont les trois pays susmentionnés.

Le CIO élargira également son programme de réévaluation des échantillons qui ont été recueillis aux Jeux olympiques de 2008 et 2012, et il visera particulièrement les athlètes médaillés lors de ces deux événements.

Cinquante-cinq tests antidopage se sont jusqu’ici révélés positifs lors de la première vague de nouveaux tests qui ont été réalisés sur les échantillons provenant des JO de Pékin et Londres.

D’autre part, le CIO a indiqué qu’une rencontre spéciale aura lieu plus tard ce mois-ci afin d’évaluer la possibilité d’imposer une «responsabilité collective» plutôt qu’une «justice individuelle» aux athlètes qui pourraient être suspendus des Jeux de Rio.

L’IAAF déterminera le 17 juin si elle maintient ou lève sa suspension de l’équipe d’athlétisme russe des compétitions internationales, dont les Jeux olympiques.