La patience de Cameron Porter

Cameron Porter a découvert les vertus de la patience au cours de la dernière année.

Héros de la victoire de l’Impact de Montréal contre le club mexicain Pachuca en quarts de finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF, l’attaquant a vu sa saison 2015 dérailler en raison d’une blessure à un genou. Et comme un malheur ne vient jamais seul, une blessure à une cuisse lors du camp d’entraînement a retardé son retour au jeu cette saison.

Porter a réintégré le groupe de réguliers à l’entraînement cette semaine et a donc franchi la dernière étape avant un retour au jeu.

« C’est vraiment super d’être de retour avec les gars, ça me met le sourire aux lèvres », a dit Porter, qui a été le dernier à quitter le terrain après un entraînement de l’équipe mercredi. « Je me sens plus proche d’un retour à chaque jour. C’est une question de retrouver mon rythme, de toucher au ballon, de retrouver mes repères avec mes coéquipiers. »

En parlant à Porter, on sent qu’il serait prêt à enfiler son uniforme dès samedi, quand l’Impact rendra visite à l’Orlando City SC. Si on est plus réaliste, il aura besoin d’encore un peu de temps avant de fouler la pelouse lors d’un match. Il n’est pas impossible non plus qu’il participe à un match du FC Montréal pour retrouver la forme.

« Ça fait deux mois et demi qu’il est sur la touche, a rappelé l’entraîneur-chef du onze montréalais, Mauro Biello. Il doit maintenant être poussé à l’entraînement pour voir comment son corps réagit à chaque jour. Mais il se sent mieux et il est de plus en plus proche d’un retour. »

Semaines difficiles

Porter a profité de son année de rééducation en 2015 pour apprendre le français et suivre des cours à l’Université Princeton. Cette fois-ci, il dit avoir passé le temps en essayant de se changer les idées.

« Ce fut plus difficile sur le moral cette fois-ci, a noté l’Américain âgé de 22 ans. J’ai lu beaucoup d’oeuvres de fiction, j’ai bien aimé la série Name of the Wind. C’était une bonne distraction. »

« J’étais tellement près de revenir lors du camp et subir une autre blessure, ça m’a vraiment mis au défi. Si je pensais que ma blessure au genou avait été difficile, cette blessure-ci est encore pire parce qu’il était difficile de savoir quand j’allais pouvoir recommencer à jouer. »

Porter, qui a répondu aux questions en anglais « parce que je perds mon français quand je suis fatigué », a aussi raconté que les dernières semaines ont été particulièrement difficiles à vivre alors que l’Impact traverse une séquence de 0-1-4.

« Le plus frustrant, c’est quand vous ne pouvez pas aller sur le terrain pour aider l’équipe, a-t-il dit. C’est une chose de rater des entraînements, mais c’est plus difficile de regarder l’équipe et ne pas pouvoir l’aider. »

Les entraînements ratés signifient également que Porter a loupé une belle occasion de se développer aux côtés de l’attaquant étoile Didier Drogba, l’un des meilleurs de sa génération à sa position.

Les deux hommes ont pu se côtoyer pendant quelques semaines lors du camp avant que Porter ne tombe au combat. Mais au moment où Porter recommence à s’entraîner, c’est Drogba qui est contraint à s’absenter, blessé à une hanche.

« J’adorerais pouvoir m’entraîner avec Didier et c’est malheureux de manquer du temps ensemble, mais nous avons souvent discuté, ce qui va aussi m’aider. Je reçois souvent des textos de mes amis, qui disent avoir hâte de me voir à ses côtés sur le terrain. Mais tout ce que je souhaite, c’est de retourner sur le terrain et aider l’équipe à gagner des matchs. »

Si l’échantillon présenté par Porter jusqu’ici est limité, il est quand même spectaculaire. Et alors que l’Impact est à la recherche d’une étincelle pour sortir de sa torpeur, l’équipe doit aussi avoir hâte de le revoir en action.