Nico Rosberg encore dominant en Espagne

Nico Rosberg s’est révélé le plus rapide des essais libres au Grand Prix d’Espagne de Formule 1 vendredi, poursuivant ainsi sur sa lancée cette saison.

Le pilote allemand, qui a gagné les quatre premières courses au calendrier, a battu dans l’ordre le pilote Ferrari Kimi Räikkönen et son coéquipier chez Mercedes, Lewis Hamilton, lors d’une séance d’essais en après-midi.

Le chrono de 1 min 23,922 s de Rosberg lui a permis de retrancher 0,030 s au meilleur temps de la matinée, qui appartenait à son compatriote Sebastian Vettel. Le pilote Ferrari a concédé près de 1 s à Rosberg en après-midi, complétant la séance derrière Hamilton, qui disposait de nouveaux composants pour son bloc moteur afin d’éviter des pépins mécaniques semblables à ceux qui l’ont ennuyé depuis le début de la saison.

Vettel et Räikkönen avaient amélioré d’environ une demi-seconde les temps des pilotes Mercedes lors de la première séance en matinée, même s’ils étaient chaussés de gommes tendres qui n’étaient pas utilisées par leurs rivaux.

« Au bout du compte, nous ne sommes que vendredi, nous devons donc être prudents dans nos jugements, a commenté Vettel. Notre première impression, c’est que nous avions un bon rythme aujourd’hui. Nous saurons demain si cette observation se confirmera, mais il faudra attendre de voir ce que les autres feront d’ici la fin de la journée. Je crois que nous pourrons augmenter notre niveau d’un cran et être encore plus forts [samedi]. »

Ennuis mécaniques

Räikkönen a dû interrompre son dernier tour rapide en après-midi après que l’équipe italienne eut relevé un problème d’alimentation en carburant à bord de sa voiture. Les deux bolides Ferrari ont connu des ennuis mécaniques cette saison.

« C’était juste un petit problème vers la fin de la séance, mais nous avons eu le temps de faire tout ce que nous voulions avant que ça se produise, a expliqué le Finlandais. C’est difficile de dire où nous nous trouvons présentement par rapport à nos adversaires; ce n’était pas une mauvaise journée, mais nous pouvons encore nous améliorer. »

Rosberg, qui l’a emporté en s’élançant de la position de tête l’an dernier en Espagne, visera une huitième victoire d’affilée en remontant à la saison 2015. Ferrari n’a pu prendre le départ de la position de tête sur la grille depuis le Grand Prix d’Espagne en 2008, gracieuseté de Räikkönen.

Rosberg s’est présenté en Espagne avec un coussin de 43 points devant Hamilton au championnat des pilotes. Räikkönen est 3e et Vettel, qui a abandonné dans deux des quatre courses jusqu’ici cette saison, est 5e.

Max Verstappen, qui a remplacé à la surprise générale Daniil Kvyat chez Red Bull, a obtenu le sixième temps en matinée et le huitième en après-midi — chaque fois derrière son nouveau coéquipier Daniel Ricciardo. Kvyat fut 12e lors de la première séance chez Toro Rosso, l’équipe-école de Red Bull, et seulement 15e en après-midi, loin derrière son coéquipier Carlos Sainz.

Le pilote McLaren Fernando Alonso a connu un bon départ devant ses partisans en enregistrant le septième chrono de la séance d’après-midi, tandis que son coéquipier Jenson Button s’est contenté du 12e échelon après avoir éprouvé des ennuis de direction en matinée et des problèmes mécaniques en après-midi.

Chez Haas, Romain Grosjean a affiché le 13e temps, mais il a déclaré que sa voiture était « un désastre » et qu’elle était « ingérable ». Son coéquipier, Esteban Gutierrez, a abouti en avant-dernière place en après-midi.

La plupart des équipes apportent leurs premières évolutions techniques en Espagne, particulièrement au chapitre de l’aérodynamisme. Mercedes et Ferrari sont parvenus à demeurer dans une classe à part jusqu’ici sur le circuit Catalunya de Barcelone, qui sert également de piste pour les essais hivernaux pendant huit jours en février et mars.