Une défaite amère mais un avenir radieux pour les Predators

Le plus long parcours éliminatoire de l’histoire des Predators de Nashville est maintenant terminé, mais l’équipe de la Ligue nationale de hockey peut tirer un certain réconfort de son élimination crève-coeur en 7 matchs aux mains des Sharks de San Jose au deuxième tour éliminatoire: son avenir est resplendissant.

« Les gars avaient l’impression que c’était notre saison, notre chance d’aller jusqu’au bout, a dit le gardien Pekka Rinne. Il y a beaucoup de talent dans ce vestiaire, et il y a de la lumière au bout du tunnel. »

En saison régulière, les attaquants Filip Forsberg et James Neal ont inscrit au moins 30 buts chacun, et six porte-couleurs des Predators ont atteint le plateau des 50 points. La formation du Tennessee a aussi terminé à égalité au sommet de la LNH pour le nombre total de points obtenus par ses défenseurs avec 203.

En séries éliminatoires, les Preds ont éliminé les Ducks d’Anaheim, une équipe qui figurait pourtant parmi les favorites pour remporter la Coupe Stanley, en 7 matchs, un an seulement après avoir été écartés du tableau dès le premier tour dans l’association Ouest.

Le directeur général des Predators, David Poile, a échangé le défenseur Seth Jones en retour du joueur de centre Ryan Johansen en janvier, ajoutant un peu de tonus en attaque. Poile est cependant demeuré stoïque à la date limite des transactions, préférant croire que l’espoir Jimmy Vesey s’entendrait avec l’équipe une fois sa carrière universitaire avec Harvard terminée, mais Vesey a refusé l’offre des Predators, lui qui testera le marché des joueurs autonomes cet été.

Expérience inestimable

Le défenseur Ryan Ellis a indiqué que les Predators ont acquis une expérience inestimable en séries cette saison. « Nous devrons seulement nous regrouper et revenir plus forts l’an prochain », a-t-il dit.

Il reste que le fait d’être passé à une seule victoire d’atteindre la première finale d’association de l’histoire de la concession est difficile à avaler.

Rinne a résumé l’état d’esprit de son équipe d’un seul geste jeudi lorsqu’il a brisé violemment son bâton contre un des poteaux de son filet avant de se diriger vers le banc pour la dernière fois de la saison en début de troisième période.

Toute la joie obtenue en gagnant un premier match no 7 et une troisième série dans l’histoire des Predators s’est toutefois dissipée à la suite d’un cuisant revers de 5-0 encaissé contre les Sharks.

« On ne sait jamais quand on obtiendra une autre chance semblable, a rappelé Rinne. Les gars vieillissent. C’est vraiment triste. On ressent comme un vide. »