Hartley ne voyait pas de différend chez les Flames

Le directeur général des Flames, Brad Treliving (à gauche), et l'ancien entraîneur-chef des Flames, Bob Hartley 
Photo: Dave Olecko La Presse canadienne Le directeur général des Flames, Brad Treliving (à gauche), et l'ancien entraîneur-chef des Flames, Bob Hartley 

Le Franco-Ontarien entend poursuivre sa carrière d’entraîneur. Il reste à voir où.

Bob Hartley a déclaré qu’il a été surpris d’apprendre qu’il existait un différend philosophique au sein même de l’organisation des Flames de Calgary.

La formation albertaine de la Ligue nationale de hockey a démis Hartley de ses fonctions d’entraîneur-chef mardi après avoir raté les séries éliminatoires pour une troisième fois en quatre ans sous sa gouverne.

Le directeur général des Flames, Brad Treliving, a déclaré après l’annonce du renvoi qu’il avait l’impression que le Franco-Ontarien avait emmené les Flames « aussi loin qu’il a pu ».

L’entraîneur par excellence de la LNH en 2014-2015 a mentionné lors d’une conférence téléphonique mercredi qu’il n’avait pas ressenti de différend entre la direction du club et son style derrière le banc.

« Je l’ignorais, a confié Hartley. J’avais l’impression que Brad et moi étions en bons termes et j’ai toujours cru que nous étions sur la même longueur d’onde. »

L’homme de 55 ans a mené les Flames en séries éliminatoires pour la première fois en six saisons en 2014-2015, remportant du coup le trophée Jack Adams.

Cependant, la tendance du club à effectuer des remontées victorieuses — les Flames ont acquis le quart de leurs points de classement alors qu’ils tiraient de l’arrière après deux périodes — s’est révélée coûteuse.

Les Flames ont présenté un dossier de 35-40-7 en 2015-2016, soit 20 points de classement de moins que la saison précédente alors qu’ils avaient atteint les demi-finales de l’association Ouest de la LNH.

Le rendement des unités spéciales et des ennuis devant le filet ont été les principaux problèmes des Flames lors de la dernière saison de Hartley à la barre de l’équipe, mais il a dit être fier de la progression de jeunes joueurs tels les attaquants Johnny Gaudreau, Sean Monahan et Sam Bennett, de même que celle des défenseurs Marc Giordano et T.J. Brodie.

« Je suis très triste de ne pas avoir obtenu l’occasion de poursuivre mon travail avec ce groupe de joueurs, de continuer à travailler afin que cette organisation connaisse des jours meilleurs, a déclaré Hartley. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que cette équipe est à une saison ou deux d’être parmi l’élite de la LNH et d’effectuer un long parcours en séries éliminatoires. »

« Le mérite reviendra à quelqu’un d’autre. Je comprends les risques du métier et j’en accepte les responsabilités. »

Hartley a ajouté qu’il veut poursuivre sa carrière d’entraîneur — « je l’ai dans le sang » — et n’a pas de plan de retraite pour l’instant.

Il existe présentement quelques ouvertures dans la LNH, mais l’Ontarien originaire de Hawkesbury a refusé de commenter les rumeurs quant à son avenir.

« La valse des entraîneurs bat son plein, a-t-il dit. Ça se produit à ce temps-ci de l’année — il y a de nombreuses ouvertures, de nombreux noms circulent. Il y aura beaucoup de rumeurs, mais je ne veux pas entrer là-dedans. mUn processus est en place pour chaque ouverture de poste. Je respecterai scrupuleusement ce processus. »

Coyotes: un directeur général de 26 ans

Glendale, Arizona — Les Coyotes de l’Arizona offriront le poste de directeur général à John Chayka, un homme âgé de 26 ans, a révélé une source au fait de la situation à l’Associated Press mercredi soir.

Les Coyotes ont prévu tenir une conférence de presse pour présenter Chayka jeudi, a ajouté cette source qui a requis l’anonymat puisque l’annonce officielle n’a pas été faite. Chayka deviendra alors le plus jeune d.g. de l’histoire de la Ligue nationale de hockey.

Il succédera à Don Maloney, qui a été congédié le 11 avril après neuf saisons en poste.

Chayka a été embauché l’an dernier à titre d’adjoint au directeur général après avoir occupé les fonctions de directeur des opérations hockey chez Stathletes, une firme se consacrant à l’analyse des données statistiques du hockey qu’il a cofondée en 2009.

L’entraîneur-chef des Coyotes, Dave Tippett, qui a conservé son poste à la suite du congédiement de Maloney, devrait jouer un rôle plus important dans la gestion des opérations hockey de l’équipe sous la tutelle de Chayka.