Boxe - Lennox Lewis met un terme à sa carrière

Londres — Le boxeur britannique Lennox Lewis, 38 ans, champion WBC des poids lourds, a annoncé hier qu'il mettait un terme à sa carrière, lors d'une conférence de presse à Londres.

«J'annonce aujourd'hui que mon combat du 21 juin 2003 a été le dernier de ma carrière», a déclaré Lennox Lewis, dans un adieu conforme à sa carrière, sans tapage ni excès.

Même si à 11h20 (locales et GMT), selon un cérémonial identique à celui qui précède un combat, Lewis, dans un costume noir, précédé de sa famille et de son entourage, est sorti de derrière un rideau rouge et a traversé toute la salle d'un grand hôtel londonien où plus d'une centaine de journalistes l'attendaient.

«Il n'est pas facile de devenir champion du monde, encore moins de le rester, a ajouté le Britannique d'origine jamaïcaine. J'ai donné 110 % de ce que je pouvais donner à ce sport, si je ne peux plus, il vaut mieux me retirer. Place à la nouvelle génération.»

Lewis n'est plus monté sur un ring depuis le 21 juin 2003, lorsqu'il avait conservé son titre en battant l'Ukrainien Vitali Klitschko par arrêt de l'arbitre sur blessure à la fin de la sixième reprise, à Los Angeles, une issue controversée.

Le Britannique, qui a grandi au Canada, met fin à une carrière de 14 ans et 44 combats (41 victoires, deux défaites, un nul).

Il est le troisième champion du monde des lourds encore en titre à se retirer après les Américains Gene Tunney et Rocky Marciano. Mais Marciano avait été le seul à raccrocher les gants en étant invaincu en 49 combats.

«Je t'aime, maman»

«Il faut avoir connu la défaite pour devenir un grand champion. Les vrais champions comme Mohamed Ali, qui s'est incliné trois fois, reviennent encore plus forts», a lancé Lewis, qui par deux fois avait reconquis son titre après des défaites contre les Américains Oliver McCall et Hasim Rahman.

Champion olympique en 1988 à Séoul sous les couleurs du Canada, en battant en finale l'Américain Riddick Bowe, et passé professionnel l'année suivante, Lewis était devenu champion du monde des lourds WBC sans combattre en 1992, alors que ce même Bowe avait symboliquement jeté sa ceinture dans une poubelle.

Considéré comme le plus grand boxeur britannique de l'histoire, Lewis a battu tous ses grands rivaux tels les Américains Mike Tyson et Evander Holyfield.

Il avait obtenu la reconnaissance de l'Amérique en venant à bout de Tyson, par K.-O. à la huitième reprise, le 8 juin 2002 à Memphis.

Après avoir rendu hommage à sa mère Violet: «je t'aime, tu as sacrifié ta vie pour rendre la mienne meilleure», Lewis a ensuite remercié Emmanuel Steward, «le meilleur entraîneur».

Lewis va désormais entamer une carrière de directeur au sein de Sport Entertainment and Media Group (SEM), la société qui gérait sa carrière. «Je vais aider les athlètes, boxeurs y compris, à éviter mes erreurs, et ils connaîtront de grandes carrières.»

Avant cela, il a annoncé ses fiançailles avec, hasard de la vie, une autre Violet.