Un vote sur les qualifs jeudi

Les directeurs d’écuries de Formule 1 ainsi que les dirigeants de la compétition voteront jeudi sur l’adoption d’un nouveau système de qualifications, selon lequel le temps d’un pilote serait calculé sur deux tours de piste au lieu d’un seul.

La formule utilisée depuis le début de la présente saison et qui fait en sorte que le pilote le plus lent est éliminé à chaque tranche de 90 secondes a été clouée au pilori par l’ensemble des pilotes du plateau et par les amateurs en raison du manque d’action en piste, les conducteurs préférant économiser leurs pneus au lieu de tenter d’améliorer leur chrono.

Les écuries souhaitaient revenir à l’ancienne formule, mais le président de la Fédération internationale de l’automobile, Jean Todt, et le patron de la F1, Bernie Ecclestone, ont statué au Grand Prix de Bahreïn dimanche dernier que les choses ne se passeraient pas ainsi, les promoteurs des épreuves souhaitant un format qui augmente l’action en piste afin d’attirer des gens au circuit les samedis.

Avec une formule actuelle impopulaire et l’impossibilité de revenir à l’ancienne façon de procéder, les équipes ont pris connaissance du nouveau système proposé. Bien que les détails n’aient pas été rendus publics, il semble que le temps des pilotes lors des séances Q1, Q2 et Q3 seront fondés sur les chronos cumulés de leur deux meilleurs tours au lieu d’un seul.

Tout changement aux règles en cours de saison requiert l’accord unanime des écuries. Si une seule des équipes s’oppose au système proposé, l’actuel format de qualifications tant décrié sera maintenu au moins pour la prochaine course, le 17 avril en Chine.