Poutine blâme les autorités sportives russes

Moscou — Les responsables russes du monde du sport n’ont pas correctement évalué la situation et auraient dû avertir à temps les athlètes de l’interdiction du meldonium par l’Agence mondiale antidopage, a accusé mercredi le président Vladimir Poutine.

« Il est évident que nos responsables sportifs ont mal jugé l’urgence de la situation », a-t-il déclaré lors d’une réunion du gouvernement de Russie. « Ils n’ont pas modifié notre liste » de produits interdits et « n’ont pas informé les athlètes, les entraîneurs et les autres professionnels » de la décision de l’AMA.

« Si ce médicament a été ajouté à la liste de l’AMA, il aurait fallu réagir en conséquence », a souligné Poutine au cours de la réunion diffusée à la télévision, appelant le gouvernement à renforcer la lutte contre l’utilisation de produits dopants par les athlètes russes.

Le meldonium, ajouté à la liste des produits dopants par l’AMA le 1er janvier dernier, est apparu à l’avant-scène début mars quand l’ancienne no 1 mondiale de tennis Maria Sharapova a révélé avoir été contrôlée positive à cette substance durant les Internationaux d’Australie 2016.

Après l’annonce de Sharapova, l’AMA a annoncé que 99 contrôles positifs au meldonium avaient été rapportés depuis le 1er janvier. La Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde 2013 du 1500 mètres, et la patineuse artistique russe Ekaterina Bobrova sont notamment concernées.

Mis au point dans les années 1970 dans l’ancienne URSS, le meldonium est à la base un médicament protecteur des cellules cardiaques, vendu dans les seuls pays d’Europe de l’Est. Il est censé améliorer la résistance à l’effort.