Tour de ski: une occasion de briller pour Harvey

La Coupe du monde de ski de fond est de retour au Canada pour une première fois depuis 2012, et les yeux du public seront rivés sur le Québécois Alex Harvey pendant le Tour de ski, qui se déroulera du 1er au 12 mars.

Harvey, de Saint-Ferréol-les-Neiges, occupe présentement le 15e rang du classement général, et son meilleur résultat de la saison a été une deuxième place en novembre lors d’une épreuve de 10 kilomètres au pas de patin à Ruka, en Finlande.

Le Tour de ski du Canada débutera mardi avec un sprint à Gatineau, suivi d’une course en départ de masse à Montréal mercredi et un autre sprint et une poursuite à Québec, vendredi et samedi. Les fondeurs prendront ensuite l’avion vers l’Ouest et ils termineront la compétition avec quatre épreuves à Canmore, en Alberta, du 8 au 12 mars.

Cette compétition, qui rappelle le Tour de France cycliste, permettra de faire ressortir la crème de la crème, alors que seuls les skieurs les plus polyvalents pourront viser le titre général.

« Lors d’une étape normale de la Coupe du monde, nous avons une ou deux courses par week-end tandis que là, nous allons participer à huit courses en un peu moins de deux semaines. C’est hyper-éprouvant, a admis le fondeur Français Maurice Manificat, septième au classement général. Tu n’as pas le droit à l’erreur parce que le temps est accumulé. Il suffit d’être fatigué une journée pour que ce soit fatal. »

Si Manificat aurait préféré un nombre moins important de sprints pendant la douzaine canadienne puisqu’il excelle dans les épreuves de distance, il admet que le Tour de ski a été « taillé pour Alex » Harvey. « Alex est très polyvalent. Il est bon au pas de patin et au classique, a noté Manificat. Là, il va y avoir deux sprints au pas de patin. C’est intéressant pour l’équipe canadienne, qui souhaite bien faire à la maison. Il faudra voir comment Alex se sent physiquement, mais je pense que les choses pourraient bien marcher pour lui. »

Pour mettre toutes les chances de son côté, l’équipe canadienne a fait une croix sur la Coupe du monde de Lahti, en Finlande, les 20 et 21 février dernier, pour peaufiner sa préparation pour le Tour de ski en s’entraînant en altitude dans la région de Canmore.

Une chance pour la relève

Puisque la compétition a lieu au pays, le Canada a pu inscrire 14 hommes et 12 femmes pour le Tour de ski. Il s’agira donc aussi d’une belle occasion pour la relève de goûter à la Coupe du monde.

Patrick Stewart-Jones et sa soeur cadette Katherine, de Chelsea, dans la région de Gatineau, font partie des membres de la relève qui auront la chance de se retrouver sur la même piste que les meilleurs au monde dans leur discipline comme Petter Northug fils et Therese Johaug.

« Lors des entraînements et des compétitions, il faut rester dans sa routine. Il ne faut pas commencer à regarder les autres athlètes », a dit Patrick Stewart-Jones, qui est âgé de 24 ans et qui a eu son baptême en Coupe du monde en janvier 2015 en Estonie et en Russie.

Il reconnaît toutefois que le retour de la Coupe du monde de ski de fond au Canada pour une première fois depuis décembre 2012 à Québec et Canmore représente une occasion unique pour lui dans son développement.

« C’est super pour le ski de fond au Canada, a déclaré celui qui espère obtenir un top 30 pendant la compétition. On peut envoyer beaucoup d’athlètes et ça donne de l’expérience aux jeunes en Coupe du monde. Les membres de l’équipe canadienne sont aussi accueillants et ils peuvent nous donner des conseils. »

Malgré la pluie verglaçante qui s’est abattue sur l’ouest du Québec lundi matin, le parcours du parc Jacques-Cartier à Gatineau est resté en bonne condition pour le sprint de mardi. Les qualifications débuteront à 11 h 15 et les finales sont prévues à compter de 13 h 45.