XXXVIIIe Super Bowl - Les Patriots, par trois points!

Dès 10 heures du matin, le parc situé devant le Centre des congrès de Houston était plein de monde.
Photo: Agence Reuters Dès 10 heures du matin, le parc situé devant le Centre des congrès de Houston était plein de monde.

Houston — Un botté de précision de 41 verges d’Adam Vinatieri, tandis qu’il ne restait que quatre secondes au match, a permis aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre de l’emporter 32-29 contre les Panthers de la Caroline, hier, au terme de la XXXVIIIe présentation du Super Bowl, excitante au possible.

Le botteur des Patriots a ainsi couronné un deuxième triomphe des Patriots à la grande finale après leur succès en 2002.
Une passe de touché de neuf verges de Jake Delhomme à Ricky Proehl à 68 secondes de la fin du quatrième quart avait créé l’égalité 29-29, faisant croire que l’on allait assister à la première prolongation de l’histoire.
Mais le botteur John Kasay a fait une bourde monumentale après le touché de Proehl, envoyant le ballon en touche. Les Patriots ont ainsi repris le ballon à leur ligne de 40 verges, se donnant une réelle chance de permettre à Vinatieri de conclure.
Une passe de touché de deux verges de Tom Brady au secondeur Mike Vrabel, appelé en renfort à l’attaque, avait permis aux Patriots de prendre les devants 29-22 avec 2:51 de jeu au quatrième quart. Brady a d’ailleurs été choisi le joueur par excellence du match pour la deuxième fois en trois saisons.
Deux bonnes défenses, un jeu de position tenace, quelques formidables passes et même un nuvite sont venus animer un spectacle exceptionnel de deux équipes que l’on disait fades et dénuées de vedettes. Vrabel, comme Richard Seymour, sont venus appuyer l’attaque des Patriots à quelques reprises.
Delhomme, nul au premier quart, a réalisé tout un coup d’éclat dans la dernière période. En déficit de 21-16, et faisant face à un troisième essai et 10 verges à franchir, Delhomme a profité d’une couverture bousillée des Patriots pour rejoindre Mushin Muhammad, laissé seul, et compléter ainsi une passe et course de 85 verges pour lancer les Panthers en avant 22-21 à 6:53 de la fin du match.
Il s’agissait de la plus longue passe de touché de l’histoire de la classique. Les Panthers, pour la deuxième fois du match, ont raté la transformation de deux points.
Les Patriots avaient porté l’écart à 11 points au tout début du quatrième quart. Placé à la ligne de 5 des Panthers, Brady n’a pu compléter une passe à Christian Fauria dans la zone des buts, mais le secondeur Greg Favors a écopé d’une autre punition inutile pour les Panthers en retenant Troy Brown.
Bill Belichick a ensuite amené le joueur de ligne défensive Richard Seymour en attaque pour la troisième fois du match. Ce dernier a ouvert le chemin à Antowain Smith qui a trottiné sur deux verges pour porter le compte à 21-10.
DeShaun Foster, lui, a plutôt couru comme un beau diable pour replacer les siens dans le match. Le demi a eu une accélération foudroyante à la ligne de mêlée pour distancer l’opposition sur le flanc gauche et plonger dans la zone des buts. La marque est demeurée de 21 à 16, car les Panthers ont raté la transformation double.
Les Patriots semblaient sur le point de reprendre sept points lorsque Brady a été victime d’une interception. Les siens étaient à la ligne de 9 des Panthers, mais sa passe destinée Fauria a été facilement interceptée par le demi de coin Reggie Howard. L’erreur allait être coûteuse.