Jordan Spieth boucle une année de rêve

Jordan Spieth et son caddie se sont donné une accolade sur le vert du 18e trou que l’on voit habituellement à la suite d’une victoire.

Mais Spieth étaient à six coups de la tête quand il a terminé le Défi mondial Hero, et il était évident que cette embrassade ne visait pas à souligner ce qui venait de se passer sur les allées du Club de golf d’Albany, aux Bahamas. Les deux hommes venaient plutôt de réaliser que le genre d’année que personne ne veut voir prendre fin venait bel et bien de se terminer.

Le Tournoi des Maîtres l’a rendue spéciale. L’Omnium des États-Unis l’a rendue phénoménale. La Coupe FedEx l’a rendue lucrative. Le fait de terminer au 1er rang mondial l’a rendue satisfaisante.

Quand le Texan de 22 ans a effectué son dernier élan de l’année et s’est dirigé vers le vert, son caddie, Michael Greller, a marché à ses côtés.

« Michael m’a dit : " Ç’a été un honneur de me retrouver dans le siège du passager pendant tout le parcours cette année. Merci pour tout", a raconté Spieth. Évidemment, je l’ai remercié. Ç’a été une affaire d’équipe cette année, comme on le veut toujours. Il est certain qu’on a poussé un soupir de soulagement. »

Le temps est venu d’observer une pause, même si elle sera de très courte durée.

Spietha partira dans trois semaines à peine pour Maui, à Hawaï, où une nouvelle saison s’amorcera à Kapalua. Il devra trouver une façon de répéter ses exploits de 2015: cinq titres, dont deux en tournois du Grand Chelem, une récolte record de 12 millions $US en bourses et toutes les récompenses majeures.

Mais il ne voit pas cela comme une nouvelle année qui commence. Il s’agit simplement d’une pause.

Revers bénéfiques

Il était en position de remporter l’Omnium d’Australie la semaine dernière, jusqu’à ce que Matt Jones se ressaisisse sur le dernier neuf. Spieth était aussi bien placé pour mettre la main sur le Défi mondial Hero jusqu’à ce que Bubba Watson décide que personne d’autre que lui n’aurait l’occasion de gagner ce tournoi, ce qu’il a fait par trois coups.

Au cours des deux dernières semaines, Spieth s’est livré à un tour d’honneur et il dit avoir passé plus de temps sur la plage que sur le vert d’entraînement, ce qu’il ne regrette pas. Il a joué 28 fois en 2015, dont à la Coupe des Présidents. Il a remporté un tournoi ou terminé 2e 10 fois. Son score global dans les quatre tournois du Grand Chelem a été de –54. Il était mûr pour des vacances.

Malgré cela, il regarde toujours vers l’avant.

« Je pense que le fait de ne pas avoir gagné même si j’en ai eu l’occasion au cours des deux dernières semaines sera bénéfique pour moi, a-t-il analysé. Je vais en tirer du positif, réaliser que je ne peux pas lever le pied. Que vous devez toujours travailler un peu plus fort. Tous les autres golfeurs jouent à un niveau élevé présentement et leur jeu se transportera dans la prochaine saison. Si je veux demeurer au sommet, je devrai donc travailler plus fort qu’eux. Ce sera tout un défi. »

Mais tandis qu’il retourne chez lui, le premier élément à son ordre du jour est… jouer au golf : Spieth profitera des privilèges associés à sa victoire au Tournoi des Maîtres en emmenant son père, Shawn, et son agent, Jay Danzi, au prestigieux Augusta National pour jouer une ronde.