GYM lance une nouvelle série

Le Groupe Yvon Michel avait besoin d’un plus grand nombre d’occasions pour ses boxeurs de la relève. Il a donc décidé de retourner en terrain connu en mettant sur pied la Série GYM-Casino de Montréal.

Il s’agit d’un retour aux sources pour le promoteur de Montréal, qui a organisé 45 galas de boxe au Casino de Montréal de 2004 à 2010. Les importantes rénovations apportées à l’édifice à compter de 2010 avaient toutefois passé le K.-O. à ces événements. Cinq ans plus tard, l’équipe du Casino a recommuniqué avec celle de GYM afin de sonder son intérêt, toujours bien présent.

Trois galas sont prévus à partir de janvier — les 21 janvier, 17 mars et 12 mai —, mettant aux prises des boxeurs de la relève. Custio Clayton (5-0, 4 K.-O.), que l’on a pu voir en sous-carte du gale Bute-DeGale le 28 novembre à Québec, et le nouveau protégé de GYM Erik Bazynian (10-0, 7 K.-O.), dont la signature a été annoncée jeudi, seront les têtes d’affiche de cette nouvelle série.

« C’est la formule idéale pour nos boxeurs en développement: des galas tous les deux ou trois mois, a noté Bernard Barré, vice-président de GYM. Nous sommes heureux qu’après cinq ans, le Casino nous ait de nouveau offert une association de la sorte. De plus, avec les Jeux olympiques de Rio qui s’en viennent, nous devrions avoir d’autres boxeurs à développer. »

Tous les grands noms de la boxe québécoise des 10 dernières années ont amorcé leur carrière dans ce type de série: Adonis Stevenson, Jean Pascal, Lucian Bute, David Lemieux, Leonard Dorin, Joachim Alcine et même Otis Grant, à son retour sur le ring, ont participé à la première mouture de la série.

« Ça permet aux boxeurs de la relève de démontrer ce qu’ils peuvent faire, mais ça nous permet aussi de déceler qui dans le groupe a du potentiel pour aller plus loin. Le succès de l’organisation passe par une série comme ça », a déclaré Marc Ramsay, un des entraîneurs de boxe les plus réputés de la planète, qui s’occupe notamment de Lemieux et a longtemps été l’entraîneur de Pascal.

« Il y a un volume de combats que tu dois faire quand tu débutes qui n’est pas le même que lorsque tu es établi. Un gars qui commence une carrière professionnelle doit se battre de six à 10 fois par an. Ça prend absolument ce genre d’événements pour progresser, a-t-il ajouté. Et pour ceux qui ont été identifiés comme étant les plus beaux espoirs de l’organisation — comme Custio Clayton —, ça nous permet de les mettre en valeur. On ne pouvait pas offrir un combat de 10 rounds à Custio à Québec [lors du gala Bute-DeGale], et cette série nous permettra de le faire. »

Stevenson : début 2016

GYM a par ailleurs confirmé que le prochain combat d’Adonis Stevenson (27-1, 22 K.-O.) aura lieu au début de l’année 2016. Le champion des mi-lourds du World Boxing Council devrait alors affronter Eleider Alvarez (19-0, 10 K.-O.), qui est devenu son adversaire obligatoire en défaisant Isaac Chilemba (24-3-2, 10 K.-O.) par décision majoritaire en demi-finale au choc Bute-DeGale.

Les négociations sont déjà entamées, a fait savoir Barré, et elles seront d’autant plus simples que les deux boxeurs appartiennent au même groupe. Ramsay, l’entraîneur d’Alvarez, estime de son côté que le rythme des pourparlers devrait s’accentuer au retour des Fêtes.

Le seul obstacle qui pourrait faire dérailler ce combat est un duel d’unification entre Stevenson et Sergey Kovalev (28-0-1, 25 K.-O.), champion des trois autres associations (WBA, WBO, IBF) à 175 livres. Mais Kovalev doit se frotter à Jean Pascal (30-3-1, 17 K.-O.) le 30 janvier, et il a déjà convenu d’un affrontement avec Andre Ward (28-0, 15 K.-O.) à l’automne prochain.

Stevenson et Kovalev se sont croisés aux abords du ring samedi dernier et ils ont suggéré de se rencontrer en juin. Bien des organisations et des réseaux de télévision doivent cependant d’abord donner leur accord avant que ce combat ait lieu et un combat de championnat entre Stevenson et Alvarez paraît beaucoup plus probable pour l’instant.

« Il faudrait que Kovalev ait un combat très facile face à Pascal pour pouvoir affronter Stevenson en juin, a indiqué Barré. S’il livre une guerre qui ne finit plus, il aura besoin de se reposer plus longtemps. Ça va vraiment dépendre du combat face à Pascal. »

Stevenson ne s’est pas battu depuis sa défense optionnelle contre Tommy Karpency (25-5-1, 14 K.-O.) le 11 septembre dernier. Stevenson l’avait alors facilement emporté par arrêt de l’arbitre au 3e round.

À voir en vidéo