Packers et Lions, des trajectoires inverses

Les Lions de Detroit ont si mal commencé la présente saison de la Ligue nationale de football, perdant leurs cinq premiers matchs, qu’on croyait qu’ils pourraient devenir la deuxième équipe dans l’histoire du circuit (après eux-mêmes en 2008) à terminer une campagne avec un dossier de 0-16.

Avant de glisser à 1-7, les Lions ont congédié leur coordonnateur offensif, Joe Lombardi, et ont promu Jim Bob Cooter au poste.

La propriétaire de l’équipe, Martha Firestone Ford, n’a pas attendu avant de faire le ménage, contrairement à son regretté époux. Elle a congédié le président, Tom Lewand, et le directeur général, Martin Mayhew, pendant la semaine de congé de l’équipe, la 9e de la saison.

Et soudainement, les Lions jouent comme le club qui a signé 11 victoires la saison dernière et participé aux éliminatoires. Les Lions (4-7) ont gagné trois matchs d’affilée depuis le coup de balai et ils commencent à revenir dans la course.

Le demi de coin Darius Slay soutient avoir vu un graphique dans lequel les Lions apparaissaient dans le groupe des formations qui peuvent aspirer à une participation aux éliminatoires. « Ça démontre que nous avons une bonne équipe, a-t-il dit. Nous avons renversé la vapeur au bon moment. »

À l’inverse, les Packers de Green Bay (7-4) ont glissé derrière les Vikings du Minnesota (8-3) et ils occupent le 2e rang de la section Nord de l’association Nationale après avoir amorcé la saison avec six victoires de suite.

« Les quatre défaites en cinq matchs ont laissé un mauvais goût dans notre bouche », a souligné le garde des Packers T.J. Lang.

Retour en force de Lacy

Les Packers voudront donc à leur tour renverser la vapeur jeudi quand ils seront de passage au Ford Field pour y affronter les Lions.

Pour y parvenir, ils devront à nouveau compter sur le quart-arrière Aaron Rodgers. Ce dernier a toutefois complété moins de la moitié de ses passes lors des deux derniers matchs des siens.

La bonne nouvelle pour les Packers est que le porteur de ballon Eddie Lacy a enfin recommencé à bien faire. Il a amassé 205 verges de gains sur 39 courses lors des deux derniers matchs, après en avoir accumulé seulement 308 en 83 courses à ses huit premières sorties de la saison.

« Vous allez probablement le voir souvent avec le ballon », a dit l’entraîneur-chef des Lions, Jim Caldwell, ajoutant que Lacy court derrière une bonne ligne offensive. « Il crée des problèmes. Il est difficile à contrôler. Il épuise la défensive. »

Lacy a raté le duel entre les Packers et les Lions le mois dernier au Lambeau Field en raison d’une blessure à l’aine. Les Lions ont alors limité James Starks à 42 verges sur 15 courses et l’ont emporté 18-16.

De l’autre côté, les Lions espèrent voir Theo Riddick donner des maux de tête à la défensive des Packers. Riddick domine les porteurs de ballon de la NFL avec 55 passes captées, dont 10 pour 134 verges de gains et un touché lors des deux derniers matchs.