En route vers le Super Bowl - Les Panthers sont accueillis en héros

Charlotte — Environ 3000 supporters en liesse ont accueilli les joueurs des Panthers de la Caroline au stade Ericsson, tôt hier matin, à leur retour de Philadelphie, où ils ont vaincu les Eagles de Philadelphie et se sont qualifiés pour le 38e Super Bowl.

L'entraîneur en chef John Fox s'est adressé aux amateurs, tout comme plusieurs joueurs, dont Brentson Buckner, Stephen Davis, Kevin Donnalley, Jake Delhomme et DeShaun Foster.

Ils ont remercié le public pour son support malgré un dossier de 1-15, il y a deux ans, et ils ont promis aux amateurs de les revoir après qu'ils auront gagné le Super Bowl, le 1er février à Houston.

Les Panthers, qui ont vaincu les Eagles 14-3 dimanche, affronteront les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, vainqueurs de la finale de l'Association américaine, 24-14, face aux Colts d'Indianapolis.

De nombreux automobilistes ont envahi les rues du centre-ville de Charlotte peu après la fin du match de championnat de la NFC, dimanche.

Des centaines de partisans se sont réunis et ont entonné la chanson We Are The Champions, forçant les policiers à fermer des rues. Des étrangers bondissaient d'une voiture à une autre pour se faire l'étreinte.

«Je suis ici depuis 38 ans et je n'ai jamais rien vu de tel», a affirmé Jeff Ward, qui a participé à la fête en compagnie de sa femme et de ses deux enfants.

Les supporters des Panthers ont pris la direction du stade lorsqu'ils ont appris que les joueurs s'y rendraient, une fois descendus de l'avion.

Des partisans avaient transporté leurs instruments de musique et ont joué du swing. D'autres ont tenté de se défaire de tous leurs vêtements, mais les policiers les en ont empêchés. Des pompiers ont brandi une banderole d'une dizaine de mètres de largeur pour souhaiter la bienvenue à l'équipe.

Les joueurs et le maire de Charlotte Pat McCrory, qui a effectué le voyage à Philadelphie, ont échangé des poignées de main. Les joueurs ont également pris le temps de signer des autographes.

McCrory a raconté avoir été aspergé de bière par des partisans des Eagles après le match. «J'ai eu droit à plus d'insultes en quatre heures à Philadelphie qu'en huit ans à titre de maire de Charlotte», a-t-il confié.

«J'ai appris de nouveaux mots, mais les policiers de Philadelphie ont fait un excellent travail afin de nous escorter et de nous protéger pendant le quatrième quart. Environ 20 % des partisans étaient des voyous, mais les autres ont été très courtois.»