Onze points en sept matchs - Ribeiro a explosé

Mike Ribeiro a ajouté 11 points, dont cinq buts, à sa fiche depuis le début de 2004. Avec ses 37 points en 45 matchs, installé au premier rang des compteurs du Canadien, et son jeu brillant même en défense, il fait mentir bien des supposés experts qui avaient perdu foi en lui.

Même que son différentiel de plus 9 est le meilleur de tous les attaquants de l'équipe et se rapproche du meneur, le défenseur Patrice Brisebois, à plus 11. Qui l'eût cru de la part de ce joueur longtemps étiqueté uniquement offensif!

S'il va s'en trouver pour déduire qu'on lui a fait perdre son temps par le passé, Ribeiro refuse de pavaner et de blâmer ses anciens entraîneurs qui donnaient l'impression de n'avoir pas confiance en lui.

«J'aurais pu jouer régulièrement et peut-être commencer à produire un peu plus vite, disait-il vendredi dernier lors d'un temps d'arrêt alors qu'il signait des autographes à la collecte de sang du Canadien. Mais la situation était différente parce qu'il fallait faire jouer les vétérans.»

Cela dit, Ribeiro, qui aura 24 ans le 10 février, ne peut s'empêcher de noter en souriant que la nouvelle politique de faire davantage place aux jeunes «donne de pas pires résultats».

Très intelligent

Ribeiro aime bien son entraîneur, Claude Julien, qui, après tout, ne l'a envoyé dans les gradins que pour un seul match, lui.

«Ça fait du bien de gagner, souligne-t-il. On est bien structuré, à partir du haut de l'administration, et Claude fait du bon travail. Il est très intelligent et il sait comment se faire respecter.»

C'est lui, appuyé par Bob Gainey, qui est passé de la parole aux actes en donnant du temps de glace aux jeunes, dans les premiers trios en plus.

Ribeiro est un de ceux qui en ont profité, tout comme Michael Ryder, et son ailier droit Pierre Dagenais, qui est de deux ans son aîné et avec lequel il a déjà brûlé la Ligue junior majeure du Québec à Rouyn-Noranda.

Les deux s'entendent comme larrons en foire et Dagenais est sur une lancée en même temps que l'autre, comme en témoignent ses quatre buts et cinq points à ses cinq derniers matchs.

Les deux ont d'ailleurs vécu un cheminement assez semblable et ce n'est que tout récemment que Dagenais a pu faire sa niche dans la LNH.

«Il faut avoir sa chance, explique Ribeiro. Au New Jersey, ils avaient une équipe championne, puis en Floride, il a marqué sept buts en 10 matchs, je pense, et on l'a laissé partir. Des gars de 6'5" qui peuvent marquer des buts, il ne faut pas perdre ça. C'est un marqueur et moi j'aime donner la rondelle, ne peut que répéter Ribeiro de leurs succès commun. Chaque fois qu'il est dans l'enclave, il a une occasion de marquer. Mais il ne faut pas oublier [Richard] Zednik dans notre trio.» Ribeiro avait déjà vanté l'implication physique et le travail dans les coins de ce dernier, qui est en même temps un bon marqueur.

Ce trio a marqué quelques buts récemment, qui ont été le résultat direct de beaux jeux défensifs en territoire adversaire, et le Ribeiro nouveau ne cesse de répéter à quel point l'échec-avant est important.

Et c'est quand Dagenais a compris qu'il ne pouvait pas s'en remettre qu'à son talent naturel de marqueur mais qu'il devait travailler dans les deux zones qu'il a lui aussi mérité un poste dans la Ligue nationale.

***

Claude Julien a dirigé mercredi à Atlanta son 82e match derrière le banc du Canadien. C'est l'équivalent d'une saison complète et sa fiche est de 35-32-8-7, pour un total de 85 points. L'entraîneur célébrera demain le premier anniversaire de son engagement par le Canadien et on devine facilement qu'une victoire sur les Rangers de New York est le cadeau qui lui ferait le plus plaisir.

***

Le Canadien devançait les Rangers de New York par huit points avant leur match au New Jersey hier. Les Rangers se présenteront à Montréal avec encore deux matchs en main. Le Canadien a eu congé d'entraînement hier mais les joueurs ont rencontré les donneurs de sang et signé des autographes à la clinique annuelle au Centre Bell.

***

La situation des blessés est toujours la même chez le Canadien. Aux dernières nouvelles, Andrei Markov souffrait de la hanche, de l'aine et du pied (infection), et on ignore toujours quand le défenseur sera en mesure d'effectuer un retour au jeu. La blessure au genou d'Andreas Dackell est moins sérieuse, dit-on, et il est susceptible de revenir d'un match à l'autre. Le malchanceux Benoit Gratton, lui, soignait toujours une commotion cérébrale à la maison.