Les paris sont ouverts - Les Patriots et les Eagles se rendront-ils au Super Bowl ?

Le quart-arrière des Patriots, Tom Brady, craint davantage le vent que le froid pour le match de dimanche prochain.
Photo: Agence Reuters Le quart-arrière des Patriots, Tom Brady, craint davantage le vent que le froid pour le match de dimanche prochain.

Foxboro - Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont déjà battu les Colts d'Indianapolis cette saison, l'ayant emporté 38-34 à Indianapolis quand Willie McGinest avait stoppé Edgerrin James à la ligne d'une verge lors d'un quatrième essai.

Une chose est certaine: il n'y aura pas 72 points quand les Patriots recevront les Colts dimanche lors du match de championnat de l'Association américaine. Sûrement pas à cause du vent, bien que la température pourrait être plutôt clémente après une semaine à moins 17 degrés centigrades puisqu'on prévoit une hausse du mercure à moins 3 degrés centigrades.

Les Patriots sont favoris par trois points seulement et c'est surtout à cause de Peyton Manning, qui a brillé lors des victoires contre Denver et Kansas City en totalisant des gains aériens de 681 verges avec huit touchés et aucune interception.

Mais le premier match des Colts a eu lieu à l'intérieur à domicile à Indianapolis, et le deuxième a été disputé par une température de 10 degrés centigrades, à Kansas City.

«Ce n'est pas tellement le froid qui est ennuyeux autant que le vent, a dit le quart-arrière des Patriots, Tom Brady. Mais le vent sera un facteur pour les deux équipes.»

Il reste que Brady a l'habitude du vent, ce qui est un net avantage, quoique l'entraîneur-chef des Colts, Tony Dungy, signale que dans l'Indiana, il n'y a pas vraiment un climat tropical.

Mais Manning ne devrait pas être parfait. L'attaque sans caucus des Colts peut semer la confusion mais les Patriots cèdent rarement des touchés à domicile — un seulement à leurs six derniers matchs de la saison régulière à Foxboro. Les Patriots ont également l'avantage du terrain.

Les Panthers

Les Panthers de la Caroline ont une bonne chance de battre les Eagles de Philadelphie, qui n'auraient probablement pas accédé au match de championnat de l'Association nationale si Mike Sherman n'avait pas pris des décisions curieuses dimanche et si Donovan McNabb n'avait pas réussi une passe de 26 verges à Freddie Mitchell au quatrième essai, le jeu important qui a mené à la prolongation.

Les Eagles ont battu les Panthers 25-16 en Caroline le 30 novembre, le même jour où les Patriots ont eu raison des Colts. Mais le spécialiste des placements des Panthers, John Kasay, avait raté trois placements et une transformation, 10 points qui aurait pu faire la différence.

On pourrait penser que les Eagles ont l'avantage avec McNabb au poste de quart-arrière contre Jake Delhomme. Mais la première ligne défensive des Panthers est une des meilleures dans la NFL, et DeShaun Foster a montré lors de la victoire en prolongation contre les Rams de St.Louis que les Panthers peuvent surmonter une blessure à Stephen Davis.

Un facteur à considérer sera l'état d'esprit des Eagles, qui ont subi deux défaites consécutives lors des matchs de championnats.

Les Eagles ont comblé un déficit de 14-0 contre Green Bay la semaine dernière. Mais la défense de la Caroline est plus coriace et préparée pour stopper les courses de McNabb — il a gagné 107 verges la semaine dernière, un record par un quart-arrière lors des séries éliminatoires.