Nico Hülkenberg prolonge son entente avec Force India

L’Allemand Nico Hülkenberg, vainqueur des 24 heures du Mans sous les couleurs de Porsche en juin, a prolongé de deux ans, jusqu’à la fin de 2017, son contrat avec Force India, a annoncé mardi l’écurie de Formule 1.

« Je suis très heureux de finaliser et d’annoncer mes plans pour l’avenir », écrit Hülkenberg dans un communiqué de l’écurie de Vijay Mallya. « Je connais très bien cette équipe et je me sens vraiment à la maison ici, donc m’engager à long terme a du sens. Les progrès depuis deux ans m’ont beaucoup impressionné et me donnent confiance pour l’avenir. »

Force India, anciennement Jordan, basée à Silverstone, a réussi à terminer au 6e rang du championnat du monde des constructeurs en 2013 et en 2014 avec des budgets limités.

« Ce n’est pas un secret que je suis l’un des plus grands fans de Nico », a indiqué Mallya, en soulignant que Hülkenberg, âgé de 28 ans, a déjà passé « près de quatre ans avec nous, et nous l’avons vu devenir un des meilleurs pilotes du monde ».

Convoité par Ferrari

 

L’Allemand, très apprécié dans le paddock, était convoité ces dernières années par Ferrari, avant le retour de Kimi Räikkönen puis l’embauche de Sebastian Vettel. Sa victoire au Mans a encore étoffé son palmarès également riche d’un titre de champion de GP2 en 2009.

Très régulier en course (13 abandons seulement en 86 GP de F1 depuis 2010), Hülkenberg a couru pour Williams, Force India et Sauber, marquant 256 points, avec comme meilleurs résultats une position de tête au Brésil en 2010 sur Williams, et deux 4e places, en Belgique sur Force India (2012) et en Corée du Sud sur Sauber (2013).

Surnommé « Hulk », l’Allemand n’est encore jamais monté sur un podium de F1 et il n’est pas un pilote soutenu par de riches commanditaires.

Par ailleurs, le coéquipier actuel d’Hülkenberg chez Force India, le Mexicain Sergio Pérez, figure désormais, selon la presse britannique, parmi les candidats à un deuxième baquet chez Renault F1 aux côtés de Romain Grosjean, soutenu par le pétrolier Total, si le rachat de Lotus aboutit dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

À voir en vidéo