Les commentaires de Kyrgios sur le court sèment la controverse

Nick Kyrgios ne passe pas inaperçu sur un court de tennis.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Nick Kyrgios ne passe pas inaperçu sur un court de tennis.

En attendant la conquête de nouveaux titres, ce sont les controverses qui attirent l’intérêt de la planète envers le tennis masculin australien.

Un mois après que Nick Kyrgios eut été critiqué par certains des plus grands joueurs de l’histoire du tennis australien pour ses accès de colère et ses commentaires déplacés à Wimbledon, le tennisman âgé de 20 ans était de retour au coeur d’une autre tempête médiatique. Kyrgios a formulé des commentaires particulièrement agressifs envers le champion de deux tournois majeurs en carrière, Stanislas Wawrinka, durant un match à la Coupe Rogers de Montréal mercredi.

Wawrinka a demandé aux dirigeants du circuit de l’ATP jeudi de sanctionner Kyrgios pour des commentaires qu’il juge «non seulement inacceptables, mais qui dépassaient l’entendement». Ce qui a été fait.

«L’ATP a annoncé que Nick Kyrgios a écopé d’une amende pour une remarque insultante dirigée vers Stanislas Wawrinka pendant son match de deuxième tour à la Coupe Rogers de Montréal, au Canada. D’autres détails suivront après que Kyrgios ait été informé de la sanction», pouvait-on lire dans le communiqué émis en fin d’avant-midi.

Vie personnelle

Un micro placé en bordure du court a capté les propos de Kyrgios à l’effet que le joueur australien Thanasi Kokkinakis avait couché avec une joueuse qui serait la copine de Wawrinka.

Wawrinka a annoncé en avril qu’il s’était séparé de sa femme, avec laquelle il a eu une fille.

Le Suisse fréquenterait depuis ce temps la Croate de 19 ans Donna Vekic, qui est classée 127e sur le circuit de la WTA.

Vekic a joué en double mixte avec Kokkinakis, qui est également âgé de 19 ans et qui est classé 76e au monde, aux Internationaux d’Australie en 2014.

« Ce genre de comportement n’a pas sa place autant sur le terrain qu’à l’extérieur de celui-ci, et j’espère que les dirigeants du circuit vont sévir », a écrit le cinquième joueur mondial sur Twitter.

Provoqué

Kyrgios, qui a accédé au troisième tour après que Wawrinka eut abandonné au troisième set en raison d’une blessure au bas du dos, a ensuite déclaré qu’il avait été provoqué.

« Il m’a apostrophé à quelques reprises donc, je ne sais pas, j’ai perdu mon sang-froid dans le feu de l’action, a confié Kyrgios en entrevue d’après-match. Je ne sais pas quoi dire, ç’a juste sorti comme ça. »

À Wimbledon, Kyrgios avait eu quelques altercations avec les arbitres. Il a notamment été accusé d’avoir volontairement cessé de jouer, d’avoir blasphémé à haute voix et d’avoir brisé une raquette de manière si violente qu’il a écopé d’une amende de 10 000 $. Il s’était incliné au quatrième tour devant le Français Richard Gasquet.

La légendaire nageuse australienne Dawn Fraser a dit qu’elle était dégoûtée par le comportement de Kyrgios à Wimbledon, déclarant sur les ondes d’une émission de télévision matinale qu’il « devrait donner un meilleur exemple pour la jeunesse de notre pays ».

Rod Laver, qui a complété le Grand Chelem à deux reprises dans les années 1960, a ajouté que l’attitude de Kyrgios l’empêchait de se développer comme tennisman.

« Nick est jeune et peut-être qu’il ne réalise pas toujours les gestes qu’il pose, a mentionné Laver. Il joue de façon émotive… c’est de toute évidence un aspect sur lequel il doit travailler, et il doit le faire le plus tôt possible. Il n’y a aucune excuse pour l’utilisation de jurons. C’est une mauvaise attitude, c’est laid. »

Tomic aussi

De toute évidence, Kyrgios n’apprend pas très vite. Il fait maintenant de l’ombre à son compatriote Bernard Tomic dans les manchettes.

Le duo a connu des démêlés à Wimbledon, où Tomic, qui est âgé de 22 ans, a notamment relancé son bras de fer contre Patrick Rafter, qui est aujourd’hui le directeur haute performance de Tennis Australia.

Tomic avait profité d’une entrevue d’après-match à Wimbledon pour répondre aux critiques de Rafter, et il a été suspendu du duel en quarts de finale de la Coupe Davis entre l’Australie et le Kazakhstan à Darwin le mois dernier.

Plutôt que d’être sur le court à la Coupe Davis, il a été arrêté et accusé notamment d’avoir résisté à son arrestation à Miami Beach, en Floride.

Lleyton Hewitt, qui a pris de la maturité après avoir connu lui aussi des ennuis avec les autorités et les amateurs de tennis, est le dernier Australien à avoir gagné un tournoi majeur — il a défait David Nalbandian en finale du tournoi de Wimbledon en 2002.