Les Australiens s’imposent à la piscine de Kazan

Mitchell Larkin a gagné le 100 mètres dos en 52,40 secondes.
Photo: Michael Sohn Associated Press Mitchell Larkin a gagné le 100 mètres dos en 52,40 secondes.

L’Australie a dominé le 100 mètres dos mardi aux Championnats du monde de natation, remportant le titre chez les hommes et réalisant un doublé chez les femmes.

Deux autres records du monde sont tombés lors de la troisième soirée de compétitions à l’Arena de Kazan, où une brise fraîche soufflait sur le stade de soccer.

Mitchell Larkin s’est imposé au 100 m dos en 52,40 secondes. Il s’est présenté à ces Championnats après avoir enregistré le meilleur chrono de l’année, lui qui avait déjà attiré l’attention aux Jeux du Commonwealth l’an dernier avec une médaille d’argent au 100 m et une d’or au 200 m dos.

« La première chose qui m’a traversé l’esprit, c’est « wow ! » C’est enfin arrivé. J’ai rêvé à ce moment pendant tellement d’années », a déclaré l’athlète de 22 ans.

Le Français Camille Lacourt a pris le 2e rang en 52,48 s et l’Américain Matt Grevers, l’actuel champion olympique, a fini 3e en 52,66. Grevers avait décroché le titre mondial il y a deux ans.

Emily Seebohm a ensuite mené l’Australie à un doublé chez les femmes dans une épreuve où les huit finalistes ont nagé sous la barre de la minute. Elle a triomphé en 58,26 s pour mettre la main sur sa première médaille d’or individuelle aux Mondiaux. Elle avait terminé 2e derrière l’Américaine Missy Franklin il y a deux ans à Barcelone.

La coéquipière de Seebohm Madison Wilson s’est classée 2e en 58,75 s et la Danoise Mie Nielsen 3e en 58,86.

Les Britanniques dominent aussi

La Grande-Bretagne a aussi connu une soirée festive à la piscine alors que James Guy s’est illustré devant des rivaux de grande qualité pour gagner le 200 m style libre, devançant au sprint son idole, le Chinois Sun Yang.

Guy, à 19 ans le plus jeune concurrent en finale, a touché le mur le premier en 1 min 45,14. Sun a obtenu la médaille d’argent en 1 min 45,20 et l’Allemand Paul Biedermann, détenteur du record du monde, a mis la main sur la médaille de bronze en 1 min 45,38.

Il s’agit de la première médaille d’or de Guy aux Championnats du monde. Il s’était assuré la médaille d’argent au 400 m libre dimanche.

Un autre Britannique, Adam Peaty, a également connu son moment de gloire. Il a amélioré le record du monde du 50 m brasse, remportant la première demi-finale en 26,42 s. Il a éclipsé la marque de 26,62 du Sud-Africain Cameron van der Burgh réalisée en préliminaires plus tôt dans la journée. Il s’agit du deuxième record du monde masculin à tomber à ces Mondiaux.

Peaty avait également nagé la distance en 26,62 aux Championnats d’Europe à Berlin en août dernier, mais le record n’a pas été homologué par la Fédération internationale car le nageur n’avait pas subi un test antidopage.

Van der Burgh a gagné la deuxième demi-finale en 26,74 s, ce qui laisse entrevoir un duel intéressant entre Peaty et lui en finale mercredi. Le 50 m brasse n’est pas une épreuve olympique.

L’Américain Kevin Cordes a inscrit le 3e chrono le plus rapide en 26,76 s.

Peaty a déjà conquis un titre à ces Championnats du monde, gagnant le 100 m brasse lundi.

Katie Ledecky impériale

L’Américaine Katie Ledecky a pour sa part ajouté un cinquième record mondial au palmarès des femmes en améliorant sa propre marque au 1500 m libre.

Ledecky a abaissé son propre record du monde de 2,23 s. Elle a arrêté le chrono à 15 min 25,48.

La Néo-Zélandaise Lauren Boyle a fini 2e en 15 min 40,14.

Les plus fortes acclamations de la soirée ont été réservées à Yulia Efimova, qui a offert au pays hôte sa première médaille d’or de ces Mondiaux, au 100 m brasse. Efimova l’a emporté en 1 min 5,66 pour vaincre la Lituanienne Ruta Meilutyte, l’ordre inverse d’il y a deux ans.