Un dirigeant de la FIFA extradé aux États-Unis

New York — Les autorités judiciaires à New York se sont refusées jeudi à tout commentaire après l’extradition de Suisse d’un des sept dirigeants de la Fédération internationale de football association arrêtés en mai à Zurich et accusés de corruption endémique.

Une porte-parole de la FIFA a de son côté indiqué à l’Agence France-Presse que l’organisation mondiale du football avait recruté une firme new-yorkaise spécialisée pour défendre sa réputation.

L’Office fédéral de la justice de Suisse n’a pas identifié le dirigeant extradé mercredi, qui «a été pris en charge à Zurich par trois policiers américains qui l’ont escorté jusqu’à New York».

Selon le New York Times, il s’agit de Jeffrey Webb, 50 ans, vice-président de la FIFA et ancien président de la CONCACAF, la Fédération de football des Amériques du Nord et centrale et des Caraïbes. Le quotidien a affirmé jeudi qu’il se trouvait aux États-Unis, sans autre détail.

Arrêté le 27 mai à Zurich avec six autres responsables de la FIFA, Webb, originaire des îles Caïmans, avait d’abord refusé l’extradition puis fait volte-face le 9 juillet. L’OFJ avait alors donné son aval à son extradition dans le cadre d’une procédure simplifiée. Son avocat n’a pu être joint jeudi.

Une porte-parole de la FIFA a par ailleurs indiqué à l’AFP que l’organisation mondiale du football avait recruté à New York l’entreprise de conseil en communications Teneo.

Les autorités judiciaires fédérales de Brooklyn avaient annoncé le 27 mai 14 inculpations, dont neuf visant des responsables de la FIFA et cinq des partenaires, pour complot de «racket, fraude et blanchiment d’argent». Elles avaient accusé les responsables du football mondial d’avoir «sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions» sur une période de plus de 20 ans, en échange notamment des droits médiatiques et de marketing liés à des tournois internationaux. Sept des dirigeants de la FIFA avaient été arrêtés à Zurich.

Parmi les inculpés figure Aaron Davidson, un avocat et homme d’affaires basé à Miami, ancien président de Traffic Sports USA. Il avait été arrêté en Floride avant d’être remis en liberté deux jours plus tard contre une caution de 5 millions $US. Assigné à résidence depuis, il chercherait à trouver un accord avec les procureurs. Une audience le concernant est prévue vendredi au tribunal de Brooklyn.