Pascal-Gonzalez, un tremplin pour qui?

Le combat entre Jean Pascal et le Cubain Yunieski Gonzalez représente un tremplin vers les gros noms de la catégorie des mi-lourds. Mais pour lequel des deux boxeurs sera-ce le cas ? Il faudra attendre le 25 juillet pour le savoir.

Âgé de 30 ans, Gonzalez (16-0, 12 K.-O.) sait pertinemment qu’une victoire contre Pascal (29-3-1, 17 K.-O.) lui ouvrirait toutes grandes les portes de combats lucratifs et à grande visibilité. Pour Pascal, qui vient de subir la seule défaite par mise hors de combat de sa carrière face au champion IBF, WBA et WBO Sergey Kovalev en mars, ce combat est primordial pour que son nom demeure dans les discussions importantes à l’avenir.

Gonzalez apprécie beaucoup l’occasion que lui offre le clan Pascal. Il estime d’ailleurs que ce prochain combat, qui aura lieu au Mandalay Bay de Las Vegas en sous-carte du championnat du monde entre Kovalev et le Français Nadjib Mohammedi, sera l’un des plus grands moments de sa carrière.

C’est d’ailleurs la chaîne de télévision HBO qui a amorcé les discussions pour que Pascal affronte Gonzalez quelques minutes seulement après que le Québécois eut baissé pavillon devant Kovalev. En accord avec InterBox et HBO, Pascal a accepté l’affrontement.

De l’aveu de Marc Ramsay, l’entraîneur de Pascal, Gonzalez est un boxeur dangereux, qu’il vaut mieux éviter s’il n’est pas nécessaire de l’affronter. Pourquoi donc s’imposer un si difficile test après avoir boxé contre Kovalev ?

« Jean nous a dit : « Moi, je ne veux pas faire de la boxe comme ça. Donnez-moi le meilleur disponible. Le jour où je ne serai plus capable de relever ces défis, je ne serai plus là », a indiqué Ramsey. Aujourd’hui, on est donc ici pour parler d’un jeune mi-lourd qui est parmi les meilleurs de la division. Comme tout Cubain, il est un excellent boxeur. »

« C’est un jeune loup, a dit Pascal de son adversaire. Son manque d’expérience chez les professionnels, il peut le pallier avec tout son bagage chez les amateurs. C’est un bagarreur, un gars qui a une bonne force de frappe. S’il a vu le combat contre Kovalev, il va probablement être très physique contre moi, tenter de m’ébranler. Mais moi, je me prépare en conséquence. »

Pascal voit juste sur ce point : Gonzalez ne connaît qu’une direction.

« Je suis un boxeur qui va toujours vers l’avant dans le ring », a dit Gonzalez, qui a participé à la rencontre par vidéoconférence. « Je suis fort, puissant et je suis un chasseur dans le ring. »

« S’il se dit chasseur, il va voir que je serai très prêt comme proie, a répliqué Pascal. Ça fera un bon combat. »

S’il se dit confiant, Gonzalez ne fera cependant pas l’erreur de mésestimer Pascal. « Un coup peut tout changer. C’est pourquoi il ne faut pas négliger son adversaire. »

Petit jab à GYM

Le Lavallois de 32 ans, qui boxe maintenant pour InterBox, n’a pas manqué d’écorcher au passage le Groupe Yvon Michel, son ancien promoteur, en remerciant InterBox de le garder actif « contrairement à mes trois dernières années avec l’autre promoteur ».

Pascal souhaite d’ailleurs livrer de trois à quatre combats par année pour les « quatre ou cinq dernières années » de sa carrière.

Bute, c’est pour bientôt

Même s’il s’agit d’un secret de polichinelle, InterBox n’a pas voulu confirmer quoi que ce soit au sujet du prochain combat de Lucian Bute. Plusieurs médias ont rapporté lundi que le Montréalais d’origine roumaine effectuera enfin son retour sur le ring le 15 août.

Pierre Duc, no 2 d’InterBox, a seulement avancé que « d’autres nouvelles seront communiquées plus tard cette semaine ». Une conférence de presse conjointe avec GYM, puisqu’il s’agira d’un événement du Premier Boxing Champions d’Al Haymon, devrait avoir lieu vendredi.

À voir en vidéo