Les favoris au «Crazy Monday»

Novak Djokovic, Roger Federer, Andy Murray et Stan Wawrinka ont fait respecter la hiérarchie pour tous se hisser en huitièmes de finale de Wimbledon où le gratin féminin a subi un vaste coup de balai.

Après le calme de la traditionnelle journée de repos dimanche, le « Crazy Monday » proposera l’ensemble des seize huitièmes de finales hommes et femmes, dont une pléthore de duels indécis.

Du suspense chez les dames avec en point d’orgue un choc entre les soeurs Williams, Djokovic opposé au bombardier sud-africain Kevin Anderson, Murray face à la « foudre » Karlovic, les retrouvailles entre Gasquet et Kyrgios… Tour d’horizon des principaux matchs.

Entre soeurs

 

La no 1 mondiale Serena Williams et sa soeur aînée Venus (16e) se croisent pour la première fois en Grand Chelem depuis six ans. La « der » s’était déroulée en finale sur le gazon du All-England club et Serena l’avait emportée. La cadette mène 14 victoires à 11 et a remporté trois de leurs cinq matchs sur herbe, tous disputés à Wimbledono Avantage donc à Serena qui survole toujours le tennis féminin à 33 ans. Mais méfiance tout de même : Venus adore le gazon où elle a remporté cinq titres majeurs, comme Serena, et n’est jamais aussi forte que sur cette surface.

Novak Djokovic, Roger Federer, Andy Murray et Stan Wawrinka : dans l’ordre, les quatre premiers joueurs du monde ont tous réussi à rallier la seconde semaine. Du « Big Four » traditionnel, il ne manque que Rafael Nadal qui traverse à 29 ans la pire saison de sa carrière. Le tournoi a fait d’autres victimes : le Japonais Kei Nishikori (5e) forfait avant le 2e tour (mollet) ainsi que deux demi-finalistes sortants, le Canadien Milos Raonic (8e) et le Bulgare Grigor Dimitrov (11e), battus à la régulière. Le tenant du titre Djokovic retrouvera lui le serveur Anderson qui ne l’a battu qu’une fois en cinq matchs. Murray sera face à la « machine à aces » Ivo Karlovic qu’il a néanmoins toujours battu (5 victoires à 0). Leurs potentiels adversaires respectifs en demies Wawrinka et Federer ont hérité d’adversaires moins dangereux sur gazon : le Belge David Goffin et l’Espagnol Roberto Bautista.

Reconquête

 

La « Tsarine » rêve de reconquérir enfin le premier trophée majeur qu’elle a gagné voilà maintenant onze ans. Cette édition 2015 est peut-être la bonne. La tenante du titre Petra Kvitova, qui l’avait battue en finale en 2011, a été éjectée. Tout comme cinq autres membres du Top 10 : Halep, Ivanovic, Makarova, Suarez-Navarro et Kerber, tombeuse de Sharapova en huitièmes l’an dernier. Contre la Kazakhe Zarina Diyas, « Masha » ne devrait pas avoir de difficultés, avant un éventuel quart de finale contre la Tchèque Lucie Safarova, qui l’avait surprise en huitièmes à Roland-Garros. Après ce serait peut-être la reine Serena qu’elle n’a plus battue depuis 2004. Mais d’ici là, l’Américaine, déjà en difficulté au troisième tour, pourrait laisser de l’énergie contre sa soeur puis potentiellement contre la Bélarusse Victoria Azarenka en quarts.

Le flamboyant Nick Kyrgios retrouve le Français Richard Gasquet pour une réédition de l’un des duels les plus ébouriffants de l’édition 2014. Au deuxième tour, le jeune Australien, 20 ans, avait remonté un handicap de 2 sets à 0 et avait sauvé la bagatelle de neuf balles de match ! Cette victoire avait transcendé Kyrgios, auteur ensuite d’un exploit encore plus grand contre le no 1 de l’époque, Rafael Nadal, en huitièmes de finale.

Pospisil toujours en vie

L’Américain Denis Kudla (105e) et le Canadien Vasek Pospisil (56e) sont les deux seuls joueurs, hors Top 30, à avoir survécu à la première semaine. Ils ont pour point commun d’avoir conquis leur place de haute lutte (deux matchs en 5 sets et un en 4 manches).

Cela devrait se compliquer davantage en huitièmes où Kudla affronte le Croate Marin Cilic, lauréat de l’US Open, et Pospisil se mesure au Serbe Viktor Troicki qui espère enfin, à 29 ans, atteindre son premier quart de finale majeur.

Pospisil, de Vancouver, est venu de l’arrière pour vaincre le Britannique James Ward en cinq manches, 6-4, 3-6, 2-6, 6-3, 8-6, et se faire une place au quatrième tour d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière.

Classé 54e au monde avant le début du tournoi, Pospisil est assuré d’occuper une place parmi le top-45 à la suite de ce triomphe.

« Je pense m’être donné à fond mentalement, a déclaré Pospisil, au sujet de son habileté à effacer un déficit de deux manches à une. J’ai très bien réussi à relever l’intensité de mon jeu et mon énergie. »

« J’ai perdu un peu de mon équilibre lors des deuxième et troisième sets. Lorsque vous êtes acculé au pied du mur en quatrième manche, si vous perdez, c’est fini. »
La Presse canadienne et l'Agence France-Presse


À voir en vidéo