Nico Rosberg ou la confiance retrouvée

Nico Rosberg
Photo: Andrej Isakovic Agence France-Presse Nico Rosberg

Après s’être imposé devant son coéquipier chez Mercedes lors de trois des quatre dernières courses, Nico Rosberg a bon espoir d’avoir trouvé l’ingrédient dont il a besoin pour remporter le championnat du monde de Formule 1 en 2015: une plus grande combativité.

L’Allemand, qui a concédé le championnat à Lewis Hamilton à l’issue d’une lutte serrée l’an dernier, se trouve maintenant à seulement 10 points de son coéquipier d’écurie après une victoire convaincante dimanche au Grand Prix d’Autriche, où il a poursuivi sur son élan en doublant Hamilton, qui partait de la position de tête, dès le virage initial.

«Je pense que j’ai trouvé ce qui me manquait en course l’an dernier», a confié Rosberg au terme de sa 11e victoire en carrière. «Voilà ce qui fonctionne vraiment pour moi cette année.»

Hamilton a enlevé quatre courses contre trois pour Rosberg jusqu’ici cette saison. Mais Rosberg a beaucoup gagné en confiance à la suite de ses victoires en Espagne et à Monaco (où il a bénéficié d’une décision malheureuse de l’équipe de demander à Hamilton d’entrer aux puits) et de son plus récent succès sur la piste de Spielberg

Rosberg abordera le Grand Prix de Grande-Bretagne, qui aura lieu dans deux semaines, dans la position de celui qui a repris l’avantage dans la course au titre. «J’ai maintenant hâte à Silverstone, où j’ai de bons souvenirs avec ma position de tête l’an dernier et ma victoire en 2013», a souligné l’Allemand de 29 ans.

Préoccupations

Hamilton a des sources de préoccupations même s’il s’est bien battu, surtout après avoir pris le départ en tête pour la septième fois en huit courses. De plus, il a négligemment écopé de cinq secondes de punition pour avoir franchi la ligne blanche à la sortie des stands après un changement de pneumatiques.

«Ce n’était pas la meilleure façon d’amorcer la course mais nous allons travailler à améliorer cet aspect», a précisé le Britannique à propos de son mauvais départ. «J’ai enlevé mon pied de l’accélérateur et il est resté enclenché. J’ai alors lâché l’embrayage et mes roues se sont mises à patiner. Ça m’a fait perdre du terrain.»

Les commentaires de Hamilton au sujet d’éléments hors de son contrôle ne feront que renforcer la confiance de Rosberg car ils illustrent la frustration qu’il ressent. Il avait un air renfrogné sur le podium après la course et il a fourni une réponse laconique en conférence de presse quand on lui a demandé d’expliquer sa punition. «Je n’ai aucune idée de ce qui est arrivé», a-t-il dit.

Mercedes ne se préoccupera guère de l’identité de celui qui gagne. Les pilotes des Flèches d’argent ont remporté 23 des 27 dernières courses. Seul Sebastian Vettel, sur Ferrari, les a battus cette saison, mais c’était lors de la deuxième épreuve de la saison en Malaisie et le quadruple champion du monde galère depuis, lui qui accuse déjà 49 points de retard sur Hamilton.

Williams en hausse

Et autre coup de pouce à Mercedes, Williams semble être près d’égaler le rythme de course de Ferrari, Felipe Massa ayant obtenu la 3e place devant Vettel en Autriche.

«C’est encore plus spécial parce que nous avons trois moteurs Mercedes dans les trois premiers», a déclaré tout sourire Toto Wolff, directeur de Mercedes-Benz Motorsport.

L’an dernier, le titre de la F1 s’est joué à Abou Dhabi — mais Rosberg était en lice seulement parce que la dernière course de la saison offrait le double des points des autres épreuves. Hamilton avait également perdu un potentiel de 75 points en ne complétant pas trois courses tandis que Rosberg n’avait pas rallié l’arrivée à deux reprises.

L’impopulaire règlement des points doublés a été abandonné et Rosberg voudra se retrouver en meilleure position lors de la prochaine course à Abou Dhabi le 29 novembre.

«Ils sont tous les deux sous pression car ils continuent de se relancer l’un l’autre, a conclu Wolff. Ça va se régler sur le fil.»