Ski alpin - Palander, le roi du slalom

Kalle Palander semblait fort heureux de sa victoire au slalom de Flachau, en Autriche.
Photo: Agence Reuters Kalle Palander semblait fort heureux de sa victoire au slalom de Flachau, en Autriche.

Flachau, Autriche — Le Finlandais Kalle Palander a confirmé, hier, son statut de roi du slalom en s'imposant à Flachau dans le cadre de la coupe du monde de ski alpin avec une avance écrasante sur son plus proche rival.

Lauréat de la dernière coupe du monde de slalom, Palander, l'avant-bras droit dans une résine en raison d'une tendinite, s'est imposé au terme des deux manches disputées sur la «Hermann Maier Weltcupstreck» dans le temps combiné de 1 min 42 s 24 , avec 0,54 seconde d'avance sur l'Autrichien Manfred Pranger.

Thomas Grandi, de Canmore, en Alberta, a été le seul Canadien classé avec une 14e position. Jean-Philippe Roy, de Sainte-Flavie, n'a pas complété la première manche.

«Le plâtre n'est pas un problème, a déclaré Palander, qui le portait déjà avant Noël. En course, vous pouvez avoir mal et ne rien sentir. C'est à l'entraînement que ça pose problème. Mais on m'a fait des injections et ça allait.»

«Je m'attendais à mieux, mais j'ai perdu tellement de temps dans la première manche, a commenté l'Italien Giorgio Rocca, qui s'est classé quatrième, deuxième et troisième en slalom cette saison. Mon objectif était la deuxième place, mais je l'ai manquée de peu.»

Grâce à son succès, Palander s'est hissé à la première place du classement général de la coupe du monde de slalom, à égalité avec Pranger (200 points).

«Je suis heureux de porter le dossard de leader, j'aime le rouge, a dit Palander. Mais la saison est loin d'être terminée et tout peut encore se produire.»

Triplé autrichien au super-G féminin

Chez les dames, Alexandra Meissnitzer a signé, hier, son premier succès en coupe du monde depuis 1999 en remportant le super-G de Megève à l'issue d'une course dominée par les Autrichiennes.

Meissnitzer s'est imposée en 1 minute, 24 secondes 98 devant ses compatriotes Renate Goetschl, deuxième en 1 m 25 s19, et Michaela Dorfmeister, qui est montée sur la dernière marche du podium à la suite d'un chrono de 1 m 25 s 40. La Française Carole Montillet s'est emparée de la quatrième place.

Les représentantes canadiennes ont été exclues des 20 premières positions. Emily Brydon a été la meilleure avec une 22e place. Anne-Marie Lefrancois s'est classée en 27e position alors que Geneviève Simard ne pouvait faire mieux qu'une 30e place.

Depuis son succès au classement général de la coupe du monde en 1999 et ses succès en super-G et en géant aux championnats du monde de Vail cette année-là, Meissnitzer n'avait plus rien gagné.

Sa carrière a en effet été sérieusement menacée à la fin de l'année 1999, quand elle s'est blessée aux ligaments du genou à l'entraînement à Lake Louise. «Après ma blessure, je me suis donné un objectif unique: gagner à nouveau, a-t-elle déclaré hier. Désormais c'est fait, je suis soulagée.»

«Les gens avaient perdu confiance en moi et ça m'avait fait mal, a ajouté la skieuse de 30 ans. C'est traumatisant pour un athlète quand votre entourage cesse de croire en vous. J'ai même commencé à douter de moi-même.»