Championnat du monde de hockey junior - Canadiens, Tchèques, Américains et Finlandais dans la course aux médailles

Helsinki - Le carré d'as n'est pas nécessairement celui qu'on prévoyait au Championnat du monde de hockey junior. Alors que le Canada, la République tchèque et les États-Unis étaient attendus, la Finlande aura surpris bien des observateurs.

Vainqueurs des Slovaques 4-2 hier, les Tchèques seront opposés aux Canadiens aujourd'hui dans l'une des demi-finales. L'autre demi-finale verra les Américains contre les Finlandais. Ceux-ci ont surpris les Russes 4-3.

Le match de championnat sera joué lundi, de même que la rencontre devant décider de la médaille de bronze.

Pour l'emporter, les Canadiens devront employer la même stratégie qui leur a permis de vaincre les Tchèques 5-2, mercredi. Les Canadiens devront marquer les premiers et empêcher ainsi les Tchèques de jouer la «trappe». Les joueurs de l'entraîneur Mario Durocher devront également appliquer de solides mises en échec, une tactique qui avait déstabilisé les Tchèques.

«Nous devons continuer à offrir un style robuste même si cela doit nous mener au banc des pénalités, a déclaré l'attaquant Jeremy Colliton. C'est de cette façon que nous aurons du succès.»

«Si nous devons écouler une ou deux pénalités de plus, nous le ferons», a-t-il ajouté.

Mario Durocher souhaite que le gain de mercredi contre la République tchèque donne confiance à ses joueurs sans pour autant leur faire croire à la victoire prématurément.

«Nous devons oublier cette première rencontre, a-t-il prévenu. Si nous perdons, il s'agira d'une terrible défaite.»

Les Canadiens pourraient avoir plus de mal à vaincre les Tchèques qui miseront sur le défenseur Michal Barinka, des Admirals de Norfolk, de la Ligue américaine. Barinka a raté le match de mercredi pour cause de blessure.

Barinka et l'attaquant Jiri Hudler, des Red Wings de Detroit, sont les joueurs les plus menaçants du côté des Tchèques. Tomas Fleischmann, des Warriors de Moose Jaw, sera également un attaquant à surveiller de près. Face aux Slovaques, l'ailier gauche a marqué un but et récolté deux aides.

Contrairement au Canada, la République tchèque en sera toutefois à un deuxième match en 24 heures.

«Nous allons voir ce que ces joueurs pourront faire après ce match, a noté l'entraîneur tchèque Alois Hadamczik. Le Canada est donné favori mais c'est toujours 0-0 quand le match commence.»

Les Tchèques possèdent beaucoup d'habiletés et pourraient chercher à exploiter l'absence de ligne rouge.

De leur côté, les Russes ont déçu dans ce tournoi, eux qui ont remporté la médaille d'or en 2002 et 2003.

«La différence avec l'an dernier a été notre jeu devant le filet, notre esprit d'équipe déficient et notre manque de motivation», a résumé l'entraîneur Rafail Ishmatov.

Si les Russes misaient sur d'excellents joueurs dont Alexander Ovechkin, l'équipe a manqué de dynamisme durant le tournoi.

Le gardien Konstantin Barulin, de son côté, n'a pas défié les attaquants et a rarement quitté son filet pour récupérer des rondelles.

L'entraîneur de l'équipe finlandaise, Hannu Aravirta, croit que ses joueurs peuvent surprendre les Américains, donnés largement favoris.

«Nos joueurs croient en leurs chances. Voilà qui est important», a-t-il dit.