Nico Rosberg relance le Championnat

L’Allemand Nico Rosberg devant les membres de l’équipe Mercedes-AMG
Photo: Andres Kudacki Associated Press L’Allemand Nico Rosberg devant les membres de l’équipe Mercedes-AMG

Nico Rosberg a relancé le Championnat du monde de Formule 1, deux semaines avant le Grand Prix de Monaco, en gagnant dimanche en Espagne, à l’heure de la sieste, devant son coéquipier chez Mercedes-AMG, Lewis Hamilton, et Sebastian Vettel (Ferrari) a complété le podium.

« C’était un week-end fantastique. Tout a bien marché, samedi et dimanche. Je reprends sept points à Lewis et c’est grâce à une équipe fantastique qui nous permet de faire un nouveau doublé. On a encore plus dominé qu’à la dernière course », a réagi à chaud le vice-champion du monde.

C’est la première victoire de Rosberg en 2015, au lendemain de sa première pole position de la saison. L’Allemand de 29 ans a pris un excellent départ, puis a parfaitement géré sa course, avec une stratégie à deux arrêts (trois arrêts pour Hamilton), jusqu’au 66e et dernier tour.

Mauvais départ

« Ça faisait longtemps que je n’avais plus pris un aussi mauvais départ », a reconnu Hamilton en conférence de presse. « Et après, j’ai fait le maximum pour rattraper ça, mais ce n’est pas un circuit où il est facile de dépasser, c’est bien dommage. J’ai fait tout ce que je pouvais, mais il a fallu que je reparte à zéro après mon premier arrêt au stand, qui a été trop long. J’ai limité les dégâts ».

Conséquence directe, Rosberg revient à 20 points d’Hamilton au Championnat alors que se profile l’un de ses GP préférés, sous ses fenêtres, dans quinze jours à Monaco. Un GP très attendu aussi par Hamilton, redevenu célibataire suite à sa nouvelle rupture avec la chanteuse Nicole Scherzinger : « Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le GP de Monaco ? », a demandé un journaliste après la course. « Les filles ! », a répliqué le double champion du monde, en souriant.

Ferrari sur le podium

Le podium a été complété pour la cinquième fois de la saison, en cinq courses, par un pilote Ferrari. À ce décompte bien particulier, Vettel mène désormais 4-1 face à son coéquipier Kimi Räikkönen. « Avec la vitesse qu’ils ont montré ce week-end, ils [les pilotes Mercedes] méritent de finir devant nous », a admis le quadruple champion du monde, 3e à 45 secondes de Rosberg, un gouffre.

Sa Ferrari, malgré l’étendue de ses progrès, ne pouvait pas aller chercher les Flèches d’Argent. Celle de Räikkönen n’a pas réussi à doubler la Williams de Valtteri Bottas en fin de course et a dû se contenter de la 5e place, devant l’autre Williams de Felipe Massa, maigre consolation.

À l’heure de la sieste, devant 86 700 spectateurs, il n’y a pas eu beaucoup de suspense, et surtout de très gros écarts : 7e à un tour et demi, l’Australien Daniel Ricciardo, révélation de la saison dernière (trois victoires), a eu le mérite d’emmener sa Red Bull-Renault à l’arrivée, devant la Lotus de Romain Grosjean.

Débutant espagnol

Le dépassement du jour, pour le plus grand plaisir des spectateurs locaux, a été l’oeuvre du débutant espagnol Carlos Sainz Jr, aux dépens du Russe Daniil Kvyat (Red Bull). C’était au début du dernier tour, en conclusion d’un joli week-end de F1 au soleil. Et c’était un bon moyen pour les Espagnols de se consoler des déboires de leur héros, Fernando Alonso (McLaren-Honda).