Le patron de l’AMA en veut à Armstrong

New York — Le directeur général de l’Agence mondiale antidopage est déçu que Lance Armstrong ne se soit pas excusé pour le temps perdu et les coûts qui ont découlé des poursuites intentées par l’ancien champion cycliste avant qu’il n’avoue avoir utilisé des drogues favorisant la performance sportive.

Armstrong a été suspendu à vie du sport d’élite en 2012 et a reconnu l’année suivante, qu’il mentait lorsqu’il niait avoir utilisé des substances illicites. En conséquence, il a perdu ses sept titres du Tour de France.

« Il a pu déjouer le système en raison de la complicité des autorités parce que celles-ci savaient ce qu’il faisait. Et je ne parle pas seulement de son équipe. Il y avait un manque flagrant de respect pour les règlements. Je ne crois pas que cela puisse se reproduire », a dit David Howman dans une entrevue accordée à l’Associated Press mardi. « Nous avons passé beaucoup de temps et dépensé beaucoup d’argent [pour résoudre le problème]. Nous avons gagné de nombreuses causes judiciaires [qui étaient] injustifiées. Et nous n’obtiendrons aucune compensation. Personne ne s’est excusé, et c’est regrettable. »

En réponse, Armstrong a déclaré mercredi que l’AMA et d’autres personnes « méritent des excuses », mais il a précisé que Howman avait refusé de le rencontrer en 2013.

Armstrong avait initialement refusé de commenter l’affaire, mais il a ensuite transmis à l’AP un échange de courriels entre Howman et lui remontant de 2013. On y lit que Howman avait d’abord exprimé sa volonté de rencontrer le cycliste avant de changer d’idée sur la recommandation des avocats de l’AMA.

La NFLPA critiquée

Howman était de passage à New York mercredi pour annoncer une collaboration entre l’AMA et l’organisme Partnership for Clean Competition qui permettra la création d’un fonds de 6 millions $US pour la recherche, dont 1,5 million $ sera fourni par le Comité international olympique.

D’autre part, Howman a déclaré que les joueurs de la NFL devraient revoir leur position par rapport aux tests antidopage, et il a ajouté que les clubs de soccer professionnels devraient coordonner leurs efforts avec ceux de la Fédération internationale de football association et des confédérations continentales. Il a aussi dit que l’AMA n’empêchera pas le combattant étoile d’arts martiaux mixtes Anderson Silva de participer aux épreuves de taekwondo l’an prochain aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

En discutant des sports professionnels aux États-Unis, Howman a critiqué l’Association des joueurs de la NFL pour ne pas avoir accepté de politiques antidopage plus strictes.

La NFL a « un problème de convention collective, puisque celle-ci n’est pas aussi évolutive, disons, que le programme antidopage des ligues majeures de baseball, ou encore de la Ligue nationale de hockey, a-t-il confié. Je crois qu’il faudrait que les joueurs changent leur mentalité. »

Le porte-parole de l’Association des joueurs de la NFL, George Atallah, a répondu à l’AP : « Nous sommes conscients que l’AMA doit diaboliser les athlètes et leur syndicat pour justifier son existence. Nos politiques antidopage sont coercitives et justes. »

Silva à Rio ?

Silva a déclaré qu’il se battra pour obtenir un poste au sein de l’équipe brésilienne de taekwondo lors des JO de Rio en 2016. L’annonce a été faite mercredi après une rencontre avec les dirigeants de la confédération brésilienne de taekwondo.

Considéré comme étant l’un des meilleurs combattants livre pour livre de l’histoire des arts martiaux mixtes, Silva a confié qu’il « tente de redonner au sport » dans lequel il a entamé sa carrière.

Le président de la confédération de taekwondo, Carlos Fernandes, a dit que ce sera « un honneur pour notre sport d’accueillir un athlète de ce calibre », mais il a rappelé que Silva devra se battre pour obtenir un poste aux JO et laissé entendre qu’il ne disposera d’aucun passe-droit à cause de sa notoriété dans l’Ultimate Fighting Championship.


Silva est un ambassadeur du taekwondo et ceinture noire dans la discipline.

À voir en vidéo