Jordan Spieth le «recordman» survole la mêlée

Jordan Spieth s’est préparé pour un dernier coup roulé, une affaire de quelques centimètres tout au plus. Soudainement, il a reculé : après tout, il s’agissait d’un coup important, susceptible d’écrire une nouvelle page d’histoire du prestigieux Tournoi des Maîtres de golf.

Après avoir pris son temps, Spieth a calé le court roulé sur le 18e vert vendredi. Ce faisant, il a inscrit son nom dans le livre des records pour le meilleur score après 36 trous, une marque qui existait depuis presque quatre décennies.

En 1976, Raymond Floyd avait affiché un score cumulatif de 131 à la mi-tournoi, en route vers un triomphe par huit coups. Spieth a fait mieux que Floyd par un coup, retranchant 14 coups à la normale grâce à deux rondes durant lesquelles il a réussi 15 oiselets et commis un seul boguey.

Le Texan de 21 ans était en voie de se sauver du reste du peloton, à l’exception possible du Californien Charley Hoffman. Mais même ce dernier, malgré une deuxième ronde de 68, aura fort à faire pour combler les cinq coups d’écart.

« C’est vraiment cool », a déclaré Spieth, qui a enchaîné avec une carte de 66 vendredi après son spectaculaire parcours de 64 la veille. « Chaque fois que tu établis un record, c’est bien, mais le faire ici, c’est pas mal incroyable. »

Belle lutte pour la 2e place…

En temps normal, le score cumulatif de 135 de Hoffman serait suffisant pour lui permettre d’occuper le sommet du classement. Mais pas de la façon dont Spieth mate le parcours de l’Augusta National. « Je me sens vraiment bien cette semaine. Je ne suis pas très nerveux », a confié le jeune prodige.

La lutte pour la 2e place se révèle plus serrée. Les Anglais Paul Casey (68) et Justin Rose (70), de même que l’Américain Dustin Johnson (67) affichent des scores cumulatifs de 137, un de mieux que Phil Mickelson (68), seul au 6e rang. Le vétéran Ernie Els a joué la normale vendredi pour une fiche cumulative de 139.

Si le passé est garant de l’avenir, Spieth recevra probablement le veston vert emblématique du Tournoi des Maîtres des mains du champion en titre, Bubba Watson dimanche.

Herman Keiser en 1946, Jack Nicklaus en 1975 et Floyd l’année suivante détenaient tous des avances de cinq coups à la veille de la troisième ronde. Les trois golfeurs ont ensuite gagné le tournoi.

« Il est spécial », a mentionné Els à propos de Spieth. « Aucune facette de son jeu ne ressort parce qu’il fait tout très bien. Il sera difficile à battre. »

Les « vieux » éliminés

Pendant que Spieth monopolisait l’attention, Tiger Woods a livré une performance encourageante, ramenant une carte de 69 pour une fiche cumulative de 142, deux coups sous la normale. De son côté, le no 1 mondial, Rory McIlroy, a marché sur un fil de fer pendant une bonne partie de la journée de vendredi. Après avoir complété le neuf d’aller en 40 coups (+4), le Nord-Irlandais s’est ressaisi en deuxième moitié de parcours grâce à quatre oiselets et un aigle. Il a rapporté une deuxième carte consécutive de 71 et il se trouve à égalité avec Woods et Watson (71).

« J’aurais aimé ne pas être obligé de jouer un tel neuf de retour pour me retrouver avec une fiche de –2 pour l’ensemble du tournoi, a ironisé McIlroy. Mais je suis fier de la façon dont je me suis battu. Retrancher cinq coups à la normale sur le deuxième neuf représente un bel effort. J’ai besoin de quatre autres neuf trous comme celui-là pour avoir une chance. »

Vingt-quatre heures après avoir retranché un coup à la normale, le vétéran Tom Watson, âgé de 65 ans, a pour sa part été exclu des rondes du week-end après un score de 81 vendredi. Le Canadien Mike Weir a lui aussi été éliminé après une deuxième ronde de 81, un coup de mieux que la veille. Son compatriote Corey Connors, un amateur, a présenté une carte de 69 vendredi, mais avec son score de 80 jeudi, il n’a pas été en mesure de franchir le seuil de qualification établi à 146.

La journée de vendredi a aussi marqué le chant du cygne pour le vétéran Ben Crenshaw. Après une difficile première journée lors de laquelle il avait joué 91, le Texan de 63 ans a inscrit un score de 85 vendredi. Malgré un score cumulatif de 176, le double vainqueur du Tournoi des Maîtres (1984 et 1995) a eu droit à une chaleureuse ovation sur le 18e vert.