Impact: transposer la magie en MLS

L’Impact de Montréal s’est envolé vers le Texas alors que ses joueurs étaient peut-être encore au septième ciel à la suite de leur enlevante victoire en demi-finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF.

Ils espèrent pouvoir profiter un peu de cette magie samedi en Major League Soccer alors qu’ils seront de passage à Houston pour y affronter le Dynamo (1-2-2). L’Impact (0-1-2) n’a jamais gagné à Houston en quatre visites en saison régulière et un match éliminatoire lors des trois dernières campagnes.

Être la première équipe canadienne à atteindre la finale de la Ligue des Champions est une chose, mais le capitaine de l’Impact, Patrice Bernier, a rappelé que «la MLS est notre pain et notre beurre. Nous devons accumuler des points, particulièrement à l’étranger.»

La saison dernière, l’Impact n’a pas gagné un seul match sur les pelouses adverses en MLS et sa dernière victoire à l’étranger remonte au 8 septembre 2013 face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

La nouvelle mouture du onze montréalais joue toutefois avec confiance, une assurance induite par les succès en championnat continental.

 

Confiance

L’Impact a terminé au dernier rang de la MLS en 2014 et sa seule réussite pendant l’année a été sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Ils ont enchaîné avec des victoires contre la formation mexicaine de Pachuca en mars avant de vaincre l’équipe costaricaine Alajuelense lors des demi-finales, ayant le dessus grâce aux buts marqués à l’étranger mardi.

Le défi sera de taille en finale face au puissant Club América, de Mexico. Le match aller aura lieu à l’Estadio Azteca, un stade d’une capacité de 105 000 personnes, le 22 avril. Le match retour aura lieu au Stade olympique le 29 avril. L’Impact a indiqué vendredi qu’environ 45 000 billets ont déjà été vendus et qu’il en restait donc environ 10 000 disponibles.

L’Impact a pris la direction de Houston après le match au Costa Rica. «Il y a eu des hauts et des bas avec tous les déplacements», a dit le milieu de terrain Dominic Oduro sur le site Web de l’équipe. «Même si nous avons la Ligue des Champions en tête, et nous ne pouvons pas nier cela, nous devons nous concentrer sur Houston, puis sur Chicago», qui sera à Montréal le 18 avril.

«Il n’est jamais facile de jouer à Houston, a ajouté Oduro. Il y a beaucoup d’humidité. Nous avons vécu de fortes émotions, et j’espère que nous connaîtrons un bon match.»

À voir en vidéo