Vettel ne se berce pas d’illusions

Le nouveau pilote de Ferrari Sebastian Vettel rayonne encore, deux semaines après sa première victoire en Formule 1 en près de 16 mois, mais il a précisé à l’approche du Grand Prix de Chine qu’il ne s’attendait pas à voir son équipe être en mesure de menacer Mercedes à chaque course.

«Nous sommes conscients de notre situation au sein du peloton et de ce que nous souhaitons accomplir, a déclaré Vettel jeudi. Nous voulons confirmer que nous sommes sur la bonne voie, que nous disposons d’une bonne voiture et que nous serons en mesure de demeurer devant les autres équipes comme ce fut le cas lors des courses précédentes, mais nous reconnaissons que Mercedes est encore en très, très bonne position.»

Mercedes devait dominer le calendrier 2015 de la F1 comme ce fut le cas la saison dernière, lorsque l’écurie allemande a enlevé les honneurs de 16 des 19 courses et permis à Lewis Hamilton d’obtenir son deuxième titre de champion du monde. Vettel a cependant profité de la dégradation précoce des pneus de Mercedes sous la chaleur accablante qui régnait au Grand Prix de Malaisie le mois dernier pour surprendre le reste du peloton et décrocher sa première victoire depuis qu’il a quitté Red Bull pour se joindre à Ferrari pendant la saison morte.

Un drapeau rouge

 

L’Allemand a décrit en détail son émotion au moment de se hisser au sommet du podium en Malaisie — sa première victoire depuis celle acquise au Grand Prix du Brésil en novembre 2013 —, ainsi qu’en constatant la présence d’un drapeau rouge Ferrari soulignant sa victoire en entrant aux quartiers généraux de la Scuderia à Maranello, en Italie.

«Ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de drapeau là-haut. Je crois qu’il y a 10 ans, le drapeau flottait régulièrement au vent», a rappelé Vettel, quadruple champion du monde avec Red Bull. «Ce drapeau restera là pendant toute la saison, et nous tenterons d’en ajouter un autre très bientôt.»

Hamilton espère bien empêcher cela dimanche au Grand Prix de Chine, une course qu’il a remportée trois fois.

Le patron de Mercedes, Toto Wolff, a qualifié la victoire de Ferrari en Malaisie de «réveille-matin», et Hamilton a indiqué qu’il s’attendait à ce que l’équipe allemande soit beaucoup plus dominante à Shanghai, où les voitures argentées seront favorisées en raison des nombreuses lignes droites et des températures beaucoup plus fraîches.

«Nous ne sommes pas préoccupés, a assuré le pilote britannique. Je crois qu’il est impossible d’être irréprochables à chaque week-end. Le GP Malaisie [où Mercedes a pris les 2e et 3e places] n’a tout de même pas été si catastrophique pour nous. Les gens exagèrent de toute évidence l’importante des résultats enregistrés là-bas. Mais j’espère que nous ferons mieux ce week-end.»

Red Bull sert un avertissement

Vienne — Le propriétaire de l’écurie Red Bull, Dietrich Mateschitz, avertit que son équipe quittera la Formule 1 si Renault est incapable de construire « une source de puissance compétitive ».

Mateschitz a déclaré à l’Agence de presse d’Autriche : « Nous resterons en Formule 1 si nous avons une équipe compétitive et nous avons besoin d’un moteur compétitif pour y parvenir, et il s’agit d’un problème hors de notre contrôle. »

Mateschitz n’a pas donné de date limite pour l’obtention d’un moteur amélioré de la part du manufacturier français, dont le contrat est valide jusqu’à la fin de la saison 2016. Le milliardaire autrichien a précisé que Red Bull n’avait pas l’intention de commencer à fabriquer ses propres moteurs.

Red Bull a remporté les championnats des pilotes et des constructeurs de F1 de 2010 à 2013 avec Renault, mais Mercedes est la nouvelle écurie de tête depuis 2014, soit depuis l’introduction de moteurs turbo hybrides.


À voir en vidéo