Hockey Canada refera confiance à Montréal

Les faibles assistances au Centre Bell ont été une cause d’inquiétude au Championnat mondial de hockey junior. Mais lundi, Hockey Canada a confirmé que Montréal accueillera de nouveau le tournoi en compagnie de Toronto en 2017.

Répondant aux commentaires de René Fasel, président de la Fédération internationale de hockey sur glace, et de Frank Gonzalez, membre du conseil d’administration de l’IIHF, qui ont suggéré de garder toutes les options ouvertes, Tom Renney a tué dans l’oeuf l’idée de tenir le tournoi uniquement à Toronto en 2017.

«Je crois que nous sommes profondément engagés envers Montréal, comme nous devrions l’être, a noté le président et chef de la direction de Hockey Canada. Nous croyons que Montréal représente un incroyable marché de hockey dans le monde, point. Il n’y a aucune raison de suggérer quoi que ce soit d’autre» que d’y revenir.

Hockey Canada a essuyé les critiques des partisans au sujet des prix élevés des billets, qui ont contribué aux nombreux sièges vides à Montréal. Fasel a précisé qu’il revenait à Hockey Canada de fixer le prix des billets pour la compétition, qui allaient de 66 à 366 dollars.

Renney n’a remplacé Bob Nicholson que l’été dernier et il n’était pas en fonction au moment où la tarification a été établie. Il a gardé ses commentaires au sujet de celle-ci pour plus tard, après que Hockey Canada aura eu le temps de dresser son bilan. «Je suis responsable de ce qui arrivera à partir d’ici et je suis à l’aise avec ça», a-t-il indiqué.

Sièges vides

 

Il y avait 3000 sièges inoccupés pour le duel entre le Canada et les États-Unis le 31 décembre, et encore davantage pour le match d’ouverture contre la Slovaquie le 26.

Fasel croit que les assistances totales pour le tournoi seront de l’ordre de 365 000 à 385 000 spectateurs. Ces chiffres feraient de ce tournoi le troisième plus populaire de tous les temps après ceux d’Ottawa en 2009 (453 000) et de Calgary-Edmonton en 2012 (444 000).

Quand on lui a demandé si les prix des billets pour ce tournoi-ci étaient trop élevés, Renney a déclaré que si c’est la conclusion qu’en tirera Hockey Canada, «cela [l’]inquièterait. La dernière chose que je veux, c’est éloigner les jeunes de ce sport parce qu’ils n’ont pas les moyens d’y jouer.»

Renney ne savait pas plus quels allaient être les profits engrangés par Hockey Canada à la suite de ce tournoi, mais il a toutefois reconnus qu’ils pourraient être «un peu moins élevés» que la prévision de 20 à 25 millions. «Il s’agit assurément d’un événement en santé, a-t-il ajouté. Nous voulons investir le plus possible de ces profits dans le développement du hockey.»

Fasel s’est questionné sur les méthodes de marketing utilisées à Montréal, se demandant si elles ne pouvaient pas expliquer les faibles assistances. Renney n’en est pas certain, mais il accueille positivement les critiques du président de l’IIHF à l’endroit de Hockey Canada. «Nous devons nous fixer des objectifs élevés, a-t-il conclu. Nous sommes des adultes. Nous sommes capables de prendre ce genre de critiques.»

À voir en vidéo