Un vote de confiance pour Nathan Beaulieu

L’acquisition par le Canadien de Montréal des vétérans défenseurs Sergei Gonchar et Bryan Allen en début de saison avait représenté une forme de désaveu pour les jeunes Jared Tinordi et Nathan Beaulieu. La mise au ballottage d’Allen lundi doit donc être interprété comme un beau vote de confiance à l’endroit de Beaulieu, qui a pris énormément de galon au cours des dernières semaines.

Pour que le directeur général de l’équipe, Marc Bergevin, accepte de courir le risque de perdre un défenseur, lui qui répète inlassablement qu’une organisation n’en a jamais assez, soit on n’a aucune confiance en Allen soit on estime que Beaulieu est prêt à jouer sur une base régulière.

«Nathan Beaulieu se développe bien, a commenté l’entraîneur Michel Therrien. Depuis son retour de Hamilton, il joue avec beaucoup de confiance. Il est très engagé dans l’action et c’est ce qu’on lui demande.»

Utilisant l’allégorie de la saucisse qui est plus fraîche parce que plus de gens en mangent, Therrien a souligné que plus Beaulieu joue bien, plus il fait de bonnes choses et plus il joue avec confiance. «Il travaille bien, il est bien concentré. Il joue avec beaucoup d’intensité sans essayer de trop en faire. Ça lui permet de gagner en confiance. Ses coéquipiers ont plus confiance en lui, et nous également, les entraîneurs.»

L’effet Gonchar

Beaulieu attribue une grande part de mérite à son partenaire de jeu, le vétéran Gonchar qui l’a pris sous son aile depuis son arrivée le 11 novembre. «Il est très généreux de son temps et de ses directives avec moi, a-t-il mentionné. Je lui dois énormément. Sur la glace, il me facilite la tâche et il est une des principales raisons de mon bon rendement. À l’extérieur, uniquement le regarder se préparer pour les séances d’entraînement et les matchs, ça m’a fait réaliser des choses. Être assis à ses côtés dans le vestiaire, c’est un honneur et un privilège pour moi.»

Le plus judicieux conseil que Gonchar lui ait donné, c’est de ne pas ruminer les erreurs qu’il peut faire. «Il m’a dit que tout le monde faisait des erreurs. Mais que ce qui est le plus important, c’est d’essayer de revenir plus fort, a-t-il relevé. Vous allez commettre des revirements, vous allez disputer de moins bons matchs, mais il y aura toujours une présence suivante sur la glace et vous devez tenter de faire mieux.»

Beaulieu, qui a amassé quatre passes en 24 matchs cette saison, a dit se sentir moins en situation de survie qu’au cours des fois précédentes où le Canadien l’a mis à l’essai. Il a assuré ne rien tenir pour acquis malgré le départ d’Allen, soit pour une autre équipe de la LNH ou pour Hamilton. Il ne peut pas se permettre le moindre relâchement parce qu’une autre vétéran en Mike Weaver attend patiemment son tour à titre de septième défenseur.

À voir en vidéo