Nouveau cas de dopage

Le coureur cycliste italien Mauro Santambrogio
Photo: Agence France-Presse Le coureur cycliste italien Mauro Santambrogio

Le coureur italien Mauro Santambrogio, déjà suspendu pour dopage, a fait l’objet d’un nouveau contrôle positif, a annoncé jeudi l’Union cycliste internationale (UCI).

L’Italien, qui peut demander la contre-analyse, a été contrôlé hors compétition le 22 octobre dernier. Le résultat a donné un résultat positif en regard de la présence d’un taux de testostérone anormalement élevé.

L’an passé, Santambrogio avait été convaincu de dopage à l’EPO lors du Giro 2013 dont il a gagné la 14e étape, à Bardonecchia, alors qu’il portait les couleurs de l’équipe Vini Fantini.

Auparavant, le Lombard avait été interdit de compétitions à deux reprises par son ancienne équipe (BMC), en avril 2010 puis en mai 2011, à cause de sa citation dans l’enquête conduite à Mantoue et touchant pour l’essentiel sa formation précédente (Lampre).

Santambrogio, qui est âgé de 30 ans, envisageait de revenir à la compétition en 2015, après la fin de sa suspension, au sein de l’équipe Amore et Vita. Il encourt désormais une suspension à vie.

Au même moment ou presque, un autre coureur italien, Riccardo Ricco publie un livre dans lequel il affirme qu’il est tout à fait impossible de gagner un des grands tours cyclistes aujourd’hui sans être dopé. Dans A Funeral in Yellow, il affirme possible de gagner une course d’un jour sans l’aide de substances étrangères mais pas une grande course à étapes. Ricco a été suspendu pour 12 ans pour dopage à l’EPO. Il considère les réformes actuelles entreprises par l’Union cycliste internationale comme du maquillage ou, pour employer ses mots, comme une «farce».

Agence France Presse et Le Devoir