Les Flames récompensent Hartley

Les Flames de Calgary ont accordé une prolongation de contrat de plusieurs saisons à leur entraîneur-chef, Bob Hartley. La nouvelle a été confirmée mercredi malgré le fait que les Flames sont enlisés dans une séquence de six revers.

Les Flames tenteront de mettre fin à cette léthargie en accueillant les Stars de Dallas vendredi soir.

Âgé de 54 ans, Hartley deviendra ainsi l’un des entraîneurs ayant servi le plus longtemps derrière le banc des Flames. Bob Johnson a dirigé l’équipe pendant cinq saisons, de 1982 à 1987.

Les Flames affichent un dossier de 17-14-2 et occupent le 8e rang de l’association Ouest de la Ligue nationale de hockey, à égalité avec les Kings de Los Angeles, champions en titre de la Coupe Stanley, avec 36 points. Les Flames ont joué 33 matchs, un de plus que les Kings.

Les Flames n’ont pas participé aux séries éliminatoires au cours des cinq dernières saisons. En novembre, ils ont flirté avec le sommet de la section Pacifique, mais leur récente série de défaites les a faits glisser au classement.

«Il ne s’agit pas d’un échantillon restreint», a affirmé le directeur général de l’équipe, Brad Treliving, aux journalistes au Scotiabank Saddledome. «Vous prenez vos décisions en vous basant sur un échantillon de grande taille. Ça devrait envoyer un message clair dans le vestiaire que Bob n’est pas seulement l’entraîneur-chef aujourd’hui, mais aussi pour l’avenir.»

Treliving a confié que les derniers détails entourant la prolongation de contrat de Hartley ont été réglés mercredi matin.

Un grand défi

Depuis son embauche en mai 2012, Hartley, un ancien entraîneur-chef de l’Avalanche du Colorado et des Thrashers d’Atlanta, présente un rendement cumulatif de 71-79-13.

En carrière, Hartley totalise 400 victoires, 305 revers, 47 défaites en prolongation et 61 matchs nuls. Il a obtenu son 400e gain le 4 décembre face à l’Avalanche, qu’il a mené à la conquête de la Coupe Stanley en 2001.

«Il y a deux ans, j’ai dit qu’il s’agissait du plus grand défi de ma carrière, et je le crois encore, a déclaré Hartley. J’adore la direction qu’a empruntée cette organisation. Notre travail est d’atteindre nos objectifs le plus rapidement possible afin de devenir une équipe des séries éliminatoires, gagner des rondes éliminatoires et avoir une chance de remporter la Coupe Stanley.»

Hartley, originaire de Hawkesbury, a été engagé par l’ancien directeur général Jay Feaster avant que Brian Burke ne soit nommé président des opérations hockey en septembre 2013. Treliving est devenu directeur général des Flames en avril dernier.

«Je suis très impressionné par Bob, ses habitudes de travail, son niveau d’énergie et le temps qu’il consacre à mener cette équipe dans la direction que nous visons, a confié Treliving. Il existe une régularité chez lui que j’admire.»