Rome lorgne les JO de 2024

Le premier ministre italien, Matteo Renzi
Photo: Andrew Medichini Associated Press Le premier ministre italien, Matteo Renzi

Le premier ministre italien, Matteo Renzi, a indiqué lundi que Rome se portera candidate à l’organisation des Jeux olympiques d’été de 2024, une décision qui survient deux ans après que le précédent gouvernement eut renoncé aux JO de 2020 pour des raisons financières.

«Le gouvernement italien, de concert avec le Comité olympique italien, est prêt à faire sa part pour ce projet qui n’est pas basé sur de grands rêves ou de grandes infrastructures, mais plutôt sur des gens fantastiques, a déclaré lundi M. Renzi aux quartiers généraux du CONI. Nous nous assurerons d’avoir la mainmise sur tous les moyens de contrôle des dépenses.»

L’Italie, qui a accueilli à Rome les Jeux d’été de 1960, avait prévu miser sur les JO de 2020, mais le projet est tombé à l’eau quand le premier ministre de l’époque, Mario Monti, a refusé d’appuyer financièrement la candidature. Tokyo a finalement obtenu l’organisation de ces Jeux.

Cette annonce survient alors que l’économie italienne est toujours stagnante et que la capitale est aux prises avec un scandale grandissant de corruption. «Notre pays semble trop souvent hésitant, a dit M. Renzi. C’est inacceptable de ne pas tenter votre chance ou de renoncer à jouer le jeu. L’Italie dispose de tous les moyens pour faire face à ses besoins. Vous ne pouvez pas ne pas rêver.»

En tenant compte des mesures de réduction des coûts annoncées la semaine dernière par le Comité international olympique, la candidature de Rome devrait miser sur l’utilisation de plusieurs des sites des Jeux de 1960, notamment le Foro Italico, complexe sportif comprenant entre autres le Stade olympique et des installations pour le plongeon et le tennis.

Décentralisation

La candidature romaine pourrait également proposer de tenir plusieurs compétitions à l’extérieur de la ville, comme la voile en Sardaigne et des matchs préliminaires des tournois de basketball et de volleyball un peu partout dans la péninsule.

«La candidature sera évidemment centrée sur Rome, a précisé M. Renzi, mais elle comprendra également Florence, Naples et la Sardaigne. Nous présentons cette candidature pour gagner.»

L’Italie devient ainsi le deuxième pays à déclarer son intention de se porter candidat à l’organisation des JO 2024. L’Allemagne a déjà indiqué qu’elle présenterait une candidature de Berlin ou de Hambourg, et la décision devrait être connue en mars.

La France devrait approuver une candidature de Paris le mois prochain et le Comité olympique américain décidera mardi s’il se portera candidat. Les villes de Boston, Los Angeles, San Francisco ou Washington pourraient être choisies par les États-Unis.

Doha, au Qatar, Dubaï, aux Émirats arabes unis, Bakou, en Azerbaïdjan, Istanbul, Budapest et une ville ou une province sud-africaine pourraient également se porter candidates.

La ville hôte des Jeux d’été de 2024 sera choisie en 2017. La limite pour soumettre une candidature est septembre 2015.

Une épreuve au Vatican?

Rome — Le Vatican pourrait accueillir une épreuve olympique en 2024 si Rome organise les Jeux, a assuré le cardinal portugais Jose Saraiva Martins lundi.

«Cela me paraît une excellente idée, le pape [François] pourrait l’approuver, a dit le cardinal au journal Quotidiano nazionale. Cela ne s’est jamais fait, mais l’Église a toujours encouragé le sport comme véhicule de valeurs saines, un des chevaux de bataille du Saint Père.»

Le Saint-Siège pourrait par exemple recevoir le concours de tir à l’arc. «Il n’y a pas que les jardins du Vatican mais aussi les grands espaces de la résidence [papale] de Castelgandolfo (25 kilomètres au sud-ouest de Rome), pour l’instant peu utilisés», a suggéré Mgr Saraiva Martins.