Les Mercedes monopolisent la première ligne de départ

La première ligne sera toute argentée au départ du Grand Prix du Canada, le pilote de Mercedes, Nico Rosberg, ayant coiffé au poteau son coéquipier, Lewis Hamilton, lors de la séance de qualifications samedi.

Sans surprise, les pilotes des Flèches d’argent ont dominé la journée, mais ce n’est celui qu’on croyait qui à remporter la première place au départ. Fort de trois pôles, de trois victoires et d’une troisième place en cinq participations à Montréal dans le passé, le Britannique Lewis Hamilton était perçu comme le grand favori, contrairement à l’Allemand Nico Rosberg qui n’avait jamais pu faire mieux qu’une cinquième place.  C’est malgré tout ce dernier qui a enregistré le meilleur temps (1 min 14 s 874) sur le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame, 8 petits centièmes de seconde devant son coéquipier.

 Le meilleur des autres a été le gagnant de la course de l’an dernier et champion du monde en titre, Sebastian Vettel, sur Red Bull à moteur Renault, avec 67 centièmes de retard. L’Allemand a été suivi de très près par les Williams à moteur Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas et du Brésilien Felipe Massa, ainsi que par son coéquipier, l’Australien David Ricciardo, et du pilote de Ferrari, Fernando Alonso.

De l’importance de partir premier

Cette domination de l’écurie Mercedes, par une journée chaude et ensoleillée, est à l’image de la saison. De loin l’écurie qui s’est le mieux adaptée à de nouvelles règles sur les moteurs cette année, elle a vu ses deux pilotes remporter les deux premières places à toutes les courses sauf une, où Lewis Hamilton a été trahi par sa voiture. Le Britannique devait ensuite gagner toutes les courses jusqu’à ce que son coéquipier mette fin à la série en remportant le Grand Prix de Monaco, il a deux semaines. 

Nico Rosberg a logiquement dit s’attendre à ce que la victoire se joue entre lui et son coéquipier durant la course de dimanche et a fait peu de cas des maigres résultats qu’il y a enregistrés dans le passé. «Ce ne sont que des statistiques, a dit le blondinet. Moi, je l’aime bien ce circuit et je suis content de pouvoir y partir en tête.»

Lewis Hamilton n’a pas cherché à diminuer l’importance de cette première place au départ. «Ce n’est pas si facile de se dépasser sur ce circuit, a-t-il noté. Ça le sera d’autant moins qu’on disposera des mêmes voitures et que l’écart, entre Nico et moi, a été très mince tout le weekend. L’objectif sera de faire le maximum de points possible.»

Faire de son mieux et se croiser les doigts

Témoin impuissant de cette domination depuis le début de la saison, Sebastian Vettel, s’est fait philosophe et refuse de jeter l’éponge. «On a vraiment tiré le maximum de la voiture aujourd’hui et j’aurais aussi bien pu finir à la sixième place sur la grille de départ. Pendant la course, on essaiera de rester aussi près que possible de ces deux-là au cas où il se passerait quelque chose.»

Il a admis toutefois qu’il gardera aussi un œil attentif à ses rétroviseurs, le circuit Gilles-Villeneuve, et ses longues lignes droites, se révélant particulièrement favorables aux moteurs Mercedes des voitures Williams qui seront tout juste derrière.

Mercedes domine outrageusement la course au championnat, l’Allemand Nico Rosberg (122 points) et Lewis Hamilton (118 points) se suivant de très près, mais survolant le reste du peloton, leur plus proche poursuivant étant l’Espagnol Fernando Alonso, chez Ferrari (61 points). Victime de toutes sortes de mauvais coup du sort, Sebastian Vettel pointe en sixième place (45 points), derrière son coéquipier, David Ricciardo (54 points), Nico Hülkenberg (47 points), pilote de l’écurie Force India… à moteur Mercedes.