Controverse politico-sportive autour des Redskins

Washington — La moitié des membres du Sénat des États-Unis ont pressé jeudi le commissaire de la Ligue nationale de football, Roger Goodell, de changer le nom de l’équipe des Redskins de Washington, affirmant qu’il s’agit d’une insulte raciste.

 

Dans une lettre, 49 sénateurs soulignent la réaction rapide de l’Association nationale de basket-ball pour suspendre à vie le propriétaire des Clippers de Los Angeles, Donald Sterling, après qu’on eut enregistré ses commentaires offensants à l’endroit des Noirs. Les élus avancent que Goodell devrait officiellement militer pour qu’on donne un autre nom aux Redskins.

 

« Nous vous prions, ainsi que la NFL, de communiquer un message clair comme l’a fait la NBA : le racisme et la bigoterie n’ont pas leur place dans le sport professionnel », peut-on lire dans la missive, qui ne mentionne jamais le mot « Redskins ».

 

L’envoi de la lettre survient à un moment où des pressions de plus en plus vives sont exercées sur l’équipe afin qu’elle modifie son nom. Des commentaires à ce sujet ont été faits par le président des États-Unis, Barack Obama, des législateurs tant républicains que démocrates et des groupes qui défendent les droits civiques des autochtones.


Depuis 1933
 

Le sénateur Bill Nelson, un démocrate de la Floride, a écrit sa propre lettre dans laquelle il a dit croire que garder le nom des Redskins n’est « pas approprié à l’heure actuelle ». Il s’est décrit comme un des grands partisans de la NFL et du commissaire.

 

Le propriétaire des Redskins, Daniel Snyder, a catégoriquement refusé jusqu’ici de changer le nom de l’équipe, prétextant qu’il s’agit d’une tradition. La concession est connue sous le nom de Redskins depuis 1933, quand elle était située à Boston.

 

Tous les sénateurs qui ont signé la lettre sont des démocrates. Les républicains n’ont pas été invités à participer.