​Wickenheiser portera le drapeau canadien

Hayley Wickenheiser
Photo: Associated Press Ronald Zak Hayley Wickenheiser
Ottawa — La hockeyeuse vedette Hayley Wickenheiser agira comme porte-drapeau de la délégation canadienne à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi le mois prochain. Le choix de l’athlète a été annoncé au parlement à Ottawa jeudi matin.

Hayley Wickenheiser a été capitaine de l’équipe de hockey féminine du Canada. Elle compte trois médailles d’or et une médaille d’argent à son palmarès olympique.
 
Native de la Saskatchewan, elle est la meilleure marqueuse de l’histoire de l’équipe nationale canadienne féminine de hockey sur la scène internationale. Elle a endossé le chandail aux couleurs du Canada pour la première fois à l’âge de 15 ans, lors de la saison 1993-1994 aux Championnats du monde.
 
L’athlète de 35 ans n’était pas présente à Ottawa au moment de l’annonce. Elle a néanmoins assisté à la cérémonie via Skype à partir de l’Autriche, où elle s’entraîne avec son équipe, en prévision des Jeux.
 
Elle s’est dite très fière de pouvoir représenter le Canada en portant à bout de bras l’unifolié lors de la cérémonie d’ouverture des prochains Jeux d’hiver en Russie.
 
« Je veux que tous les Canadiens sachent que nous sommes tellement fiers d’aller à Sotchi, de pouvoir entrer dans ce stade et de savoir que nous représentons le meilleur pays au monde et que nous avons cette fierté à l’intérieur de nous », a dit l’athlète en anglais, qui s’est ensuite excusée de ne pouvoir s’adresser aux francophones dans leur langue.
1 commentaire
  • Bernard Dupuis - Abonné 24 janvier 2014 10 h 36

    Mince consolation.

    Après avoir exclu de très bons joueurs de hockey québécois de l’équipe «nationale», voilà que le Comité olympique présidé par l'ineffable Marcel Aubut brise la tradition de l’alternance francophone-anglophone dans la désignation du porte-drapeau. C’est ainsi que le Québec passera pratiquement inaperçu lors de cet événement de portée internationale s’il en est un. Le drapeau du Canada sera partout, mais le drapeau du Québec sera interdit.

    Toutefois, certains pourraient dire, mince consolation, qu’après le voyage de Harper en Israël le fait que le drapeau du Québec ne soit pas associé à celui du Canada est une bonne chose au plan international.

    Bernard Dupuis, Berthierville.