Combat contre Adonis Stevenson - Tony Bellew dit qu’il ne répétera pas les erreurs de Dawson et de Cloud

Tony Bellew n’a pas l’intention de commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs, ce qui, selon lui, lui permettra de repartir de Québec, le 30 novembre prochain, avec les ceintures de champion du monde des mi-lourds du WBC et The Ring, qui sont actuellement détenues par Adonis Stevenson.

« Je rêve depuis que je suis tout jeune d’aller vaincre un champion chez lui, a d’abord dit Bellew (20-1-1, 12 K.-O.). Je vais faire ce que personne n’a jamais fait avant : réduire au silence les 15 000 spectateurs qui seront présents au Colisée de Québec. En fait, les 14 700 partisans de Stevenson, car j’aurai 300 partisans qui viendront d’Angleterre et qui hurleront alors à pleins poumons. Vous n’avez jamais vu une foule tant que vous n’avez pas vu une foule d’amateurs de boxe anglais ! »

Le Liverpuldien de 31 ans a déclaré d’emblée qu’il avait beaucoup de respect pour le champion de 36 ans, mais que ces deux derniers adversaires avaient commis des erreurs inexcusables, qui expliquent les récents succès du Québécois.

Il estime que Chad Dawson, terrassé en 76 secondes par Stevenson (22-1, 19 K.-O.) en juin dernier, a manqué de respect à l’endroit du Québécois en arrivant non préparé, lui offrant ainsi le titre sur un plateau d’argent.

« Regardez la façon dont il a agi après le combat. Il était perdu, il tournait en rond sans cesse car il était aussi surpris d’avoir gagné que Dawson d’avoir perdu ! Adonis Stevenson ne s’attendait absolument pas à remporter ce combat. Il n’y croyait pas. Mais il faut le féliciter : il a profité de l’occasion qui lui était offerte. »

Quant à Tavoris Cloud, que Stevenson a poussé à l’abandon après six rounds, en septembre dernier, Bellew croit qu’après avoir reçu son premier coup en puissance, on a pu voir la peur dans ses yeux, ce qui n’arrivera pas dans son cas.

« Oui, Stevenson l’a touché solidement d’une gauche après 40 secondes au premier round. Après cela, Cloud n’était plus dans le combat. Je vais le respecter davantage que Dawson et j’aurai un meilleur plan de match que Cloud. 

« Stevenson peut-il se relever d’une chute au plancher ? Moi, je le peux. Je suis déjà tombé face première au tapis et je me suis relevé. Le peut-il ? On ne le sait pas. Ce qu’on sait par contre, c’est qu’il n’a qu’un tour dans son sac : il boxe sur les talons et attend que ses adversaires lui tendent la joue pour leur envoer une puissante gauche. Tout le monde peut faire ça. »

Le champion

Peu impressionné, le champion a simplement répliqué que pour chacun de ses combats, il s’entraîne en vue d’obtenir le K.-O. et que ça ne changera pas face à Bellew. Il a d’ailleurs promis de faire la fête à Bellew, dont ce sera l’anniversaire le 30 novembre.

« Il n’y a rien de nouveau là-dedans, a-t-il sèchement répondu. Tout le monde veut venir ici et me voler mes ceintures. Je vais lui montrer que je suis un champion et pas un aspirant. Ces gars-là, ils aspirent à être champion, ils veulent me détrôner. C’est tout le temps comme ça. Alors moi, je n’ai qu’à me préparer en conséquence. J’ai battu les deux meilleurs boxeurs de la division en quelques mois. Il n’y a personne qui a fait ça depuis de nombreuses années. Lorsque la cloche va sonner, il ne me chargera pas comme un taureau, il va faire attention.

« Il peut rêver en couleurs quand il dit qu’il peut me battre facilement. Mais quand la cloche va sonner, il va voir qu’il se trouve sur le même ring qu’un vrai champion. »

À voir en vidéo