Le Canadien s’incline à l’ouverture de sa saison

George Parros a possiblement été victime d’une commotion cérébrale. L'aile droit a perdu l’équilibre au cours d'une bagarre en troisième période, avant de tomber tête première sur la glace.
Photo: La Presse canadienne (photo) Ryan Remiorz George Parros a possiblement été victime d’une commotion cérébrale. L'aile droit a perdu l’équilibre au cours d'une bagarre en troisième période, avant de tomber tête première sur la glace.

Rien à faire, le Canadien de Montréal n’a guère de succès en matchs inauguraux contre les Maple Leafs de Toronto. Le Tricolore a essuyé un quatrième revers de suite face à ses grands rivaux en s’inclinant 4-3 au Centre Bell mardi, à l’ouverture de la 105e saison de son histoire.

Les Leafs ont de nouveau trouvé une façon d’inscrire une 10e victoire en 15 rencontres en lever de rideau d’une saison.

Le Canadien a perdu les services de son nouveau dur à cuire, le moustachu George Parros, qui a possiblement été victime d’une commotion cérébrale. Parros a perdu l’équilibre au cours de sa deuxième bagarre de la soirée, tôt en troisième période, avant de tomber tête première sur la glace.

James van Riemsdyk, Dion Phaneuf, Tyler Bozak et Mason Raymond ont déjoué Carey Price, confronté à 38 lancers.

Lars Eller a dirigé l’attaque du CH, avec deux buts et une aide. Brendan Gallagher a été l’autre qui a trompé la vigilance de James Reimer, mis à l’épreuve 37 fois.

Le quatrième trio s’acquittait de sa tâche à merveille jusqu’à ce que George Parros soit victime d’une commotion cérébrale en troisième période en tombant sur la glace lors d’une bagarre avec Colton Orr. En plus d’imposer le respect sur la glace, le nouveau dur à cuire du Canadien jouait bien en compagnie de Brandon Prust et de Travis Moen. Le trio a connu de bonnes présences en zone adverse. L’entraîneur Michel Therrien a beau ne pas être inquiet, on peut imaginer qu’une absence prolongée de Parros pourrait avoir des conséquences négatives sur la «nouvelle identité» de l’équipe. «Nos gars de caractère ont fait le travail, a affirmé Therrien. Ils se sont imposés physiquement. C’est ce que je retiens d’eux.»

Le trio des jeunes a été le meilleur à l’attaque. «Ils étaient en mouvement et constamment sur la rondelle. C’est la raison pour laquelle ils ont eu du succès.»

L’entraîneur a attribué une partie de la défaite à une exécution défaillante. «L’exécution avec la rondelle nous a coûté deux buts. Pour ce qui est de l’exécution sans la rondelle, notre concentration n’y était pas. Nous devrons nous ressaisir et être meilleurs à ce chapitre samedi», a mentionné Therrien.

Après avoir commencé la soirée en acceptant le flambeau des mains de Guy Lafleur lors de la cérémonie d’avant-match, Daniel Brière aurait voulu la terminer en savourant une victoire. «J’espère revivre beaucoup d’autres beaux moments comme celui-là avec mes coéquipiers sur la glace, a-t-il noté. Ce soir, nous avons connu des hauts et des bas. Nous avons commis des erreurs qui ont fait mal. Mais nous n’avons pas abandonné. Nous sommes revenus à un but près, au moment où les partisans quittaient l’amphithéâtre. Nous avons failli créer l’égalité. Ç’aurait pu aller d’un bord ou de l’autre. Les deux équipes ont eu de bons et de moins bons moments.»

Les joueurs souhaitaient que leur coéquipier Parros n’ait pas été blessé sérieusement, même si comme l’a dit Brière «ça ne regarde pas bien».

«George est un vrai gars d’équipe, a dit Moen, qui a eu Parros comme coéquipier chez les Ducks d’Anaheim. Ce n’est jamais agréable de voir un coéquipier se blesser de la sorte. Quand ça arrive, on s’attend à ce que ça soit à cause d’un coup de poing, pas en raison d’une malencontreuse chute.»

Le Canadien a congé d’entraînement, mercredi, avant de se rendre à Lac-Mégantic pour une séance toute particulière, jeudi après-midi.

À voir en vidéo